En bon gros fan de jeu point & click, quand l’occasion de tester Tohu de Fireart Games s’est présentée, vous pensez bien que j’ai sauté dessus comme un chien sur un os!

Alors si vous aimez les énigmes à difficultés variables, et les univers mignonnement fantastiques, ce petit jeu est peut-être pour vous.

Oui, les planètes sont des poissons…

Un univers joli tout plein…

Pour un petit studio qui commence (Tohu est leur 2e jeu), le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont une chouette patte graphique, le visuel m’emballait énormément, et on rentre assez vite dedans tellement c’est meuuuuhgnon et étrange à la fois.

Vous incarnez « La fillette » ainsi que son robot Cubus, pour sauver votre planète-poisson après que la machine sacrée ait été cassée par un vilain inconnu. Je ne peux pas faire plus simple comme pitch !

Vous partez donc de planète-poisson en planète-poisson pour résoudre des énigmes afin de rassembler les outils et éléments nécessaires à la bonne réparation de cette fameuse machine.

Vous l’aurez compris le scénario ne casse pas trois pattes à un canard et je cherche toujours quelqu’un capable de m’expliquer la fin quelque peu brouillonne, sous un faux air de cliffhanger déjà vu, mais c’est mignon, vraiment.

Graphiquement, c’est très chouette, cet univers à la fois enfantin et fantastique, sans être malsain vous charmera certainement, néanmoins on peut déplorer que la bande son ne soit pas du même niveau, certains passages étant très sympa et d’autres qui vous taperont vite sur le système si vous bloquez sur une énigme précisément au mauvais endroit.

Tohu n’est certes pas le point & click de l’année, mais c’est une expérience suffisamment rafraîchissante pour se laisser bercer sur les quelques heures que vous prendront le jeu, à incarner cette fillette et son ami le gros cube balèze dans cette quête somme toute assez classique.

Vous allez adorer ce passage… ou pas !

Mais un gameplay inégal !

Bon maintenant que je vous ai dit mille fois que c’était joli, il va falloir parler du nerf de la guerre du jeu qu’est le gameplay, et là, c’est un peu moins joli.

Tohu n’est pas un jeu où vous pouvez vous balader librement, au contraire ça vous arrivera plus d’une fois de vouloir emmener votre personnage à un endroit et de voir celui-ci tout simplement rester sur place. C’est con, mais dans un jeu où tu dois te balader pour trouver des objets nécessaires à un puzzle à résoudre, c’est vite énervant d’avoir l’impression d’être limité dans ses mouvements. En plus de ça, les différents niveaux de profondeur ou de verticalité sur certains tableaux ne sont pas très clairs, et ça peut vite devenir rageant.

Le double personnage n’apporte pas grand chose non plus, le robot servant principalement à soulever des objets trop lourds pour la fillette, et vous n’aurez jamais les deux personnages sur un tableau en même temps (on dirait que la fillette se transforme en cubus en vrai).

Du coup, là où on aurait pu avoir des énigmes à gérer sur deux tableaux différents (comme le génialissime Thimbleweed park par exemple) et bien on a juste deux personnages qui auraient pu être fusionné en un seul assez mignon et costaud pour tout faire tout seul.

Même constat du côté des énigmes. Elles sont, à mon sens, assez inégales. Certaines sont de l’ordre de « trouver une clé pour ouvrir une porte » et d’autres vous feront attraper un calepin et prendre des notes pour être sur de pouvoir résoudre le puzzle sans péter une durite!

Il faut quand même souligner que leur système d’indices est bien pensé, en plus d’être présent (ce qui est déjà pas mal) vous serez obligé de faire un petit jeu d’adresse pour avoir accès à cet indice, ouais rien n’est gratuit dans Tohu, et c’est franchement pas plus mal.

Globalement, les énigmes sont quand même assez chouettes, et à l’instar du gameplay qui peut être parfois redondant, celles-ci ont été suffisamment bien pensées pour ne pas s’ennuyer de l’une à l’autre, vous bloquerez certainement sur un ou deux passages, mais dans l’ensemble le jeu est assez fluide dans son déroulement sans spécialement rager à mort sur certains passages.

Je vous ai déjà dit que c’était joli ?

Mais du coup, c’est bien ou pas ?

Tohu est un chouette petit point & click, qui vous prendra entre 5h et 8h à finir.

Certes le gameplay est perfectible, mais pour un tout jeune studio, la direction artistique et l’univers présenté m’ont convaincu suffisamment pour rentrer dedans et le finir sans avoir l’impression de trouver le temps long.

Enfin, c’est un jeu qui fera plaisir aux fans de point & click et à ceux qui aiment avoir des petits jeux chill à faire dans les transports ou en vacances, dans des univers originaux et bien réalisés, ni plus ni moins.

En tout cas, j’ai hâte de voir les prochains projets du studio, affaire à suivre donc !

 

 

 

 

Bandahack
Bandahack

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This