Date de Sortie : 29 Avril 2021

Disponible sur :  PS4, Xbox, Switch, Steam

Grand fan de shmups et plus spécialement de la licence d’Irem, j’ai nommé R-Type! Inspiré de Darius vers la fin des années 80, il en a fait suer plus d’un tellement la jouabilité est frénétique avec la nouveauté des fameux modules. Après le dernier opus exclusif sur PS2 en 2003, qui se voulait plus moderne alternant de la 2D à la 3D et incluant des modes innovants, il aura fallu attendre presque 20 ans pour avoir sa suite, mais est-ce que cette longue attente a été nécessaire pour découvrir une pépite?

 

R-Type la légende D’Irem

 

Dans un futur lointain, la Terre est menacée par les mystérieuses troupes de l’empire Bydo, venues d’une autre dimension et utilisant une technologie étrange, mi-biologique mi-mécanique. Fleuron des armées terrestres, un vaisseau solitaire, nom de code « R9 », est équipé du savoir-faire humain et d’une arme dérobée à l’ennemi: la force. Sa mission: s’introduire au sein même de la dimension ennemie et y détruire le leader de la menace, l’empereur Bydo himself.

Une trame à l’héroïsme de bon aloi au service d’un titre à l’influence incalculable, non seulement sur le genre shoot them up, mais encore sur le jeu vidéo tout entier. R-Type, emblème de la société Irem depuis plus de 15 ans, le shoot horizontal old school par excellence.

Même si le scénario est basique (comme la plupart des shmups finalement), il est difficile de s’attaquer à cette licence si emblématique et de la moderniser à notre époque.

 

Alors oui, dès qu’on lance le jeu, tout y est ! L’empire Bydo qui rempile encore une fois pour nous mettre la misère. Une belle introduction en mode POV du cockpit pour se lancer dans l’espace et ensuite, on enchaine sur le premier level. On retrouve tous les ingrédients qui a fait le succès d’R-Type, le pod, les modules, l’arsenal, le beam… et même de quoi customiser vos vaisseaux. Mais, au fil du temps de jeu, on se rend bien compte que le studio à la tête du projet R-Type Final 2 est passé à côté de l’essentiel…

Ha lala la boulette!

 

Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais non, R-Type Final 2 est bourré de défauts qui dérangent le plaisir du jeu et surtout c’est totalement impensable dans le Shmup.

Dans un premier temps, on se rend compte très rapidement de la lenteur du jeu, et ce malgré les 4 modes de célérité. Alors oui, R-Type n’est pas le shmup le plus rapide du monde, mais il faut un minimum pour pouvoir se mouvoir correctement. Ici, on est aux commandes d’une 2cv avec une carrosserie de Lamborghini. Comme dans le versus fighting, la précision est le maître mot dans le shmup et si ton vaisseau se meut comme une chaussette en laine sur un velcro, le mur ou la boulette aura raison de toi.

 

 

Le pire reste à venir, R-Type Final 2 souffre d’une gestion des hit-boxes assez calamiteuse, sans compter une lisibilité pas toujours optimale à l’écran. En résultent des morts particulièrement frustrantes, avec cette petite boulette que l’on n’avait absolument pas vu arriver sur notre vaisseau… Et R-Type oblige, si vous étiez déjà bien équipé (module, missiles, tir puissant…) vous recommencerez au checkpoint le plus proche sans le moindre bonus, à poil!!! Ce qui accentuera évidemment une difficulté déjà bien mal calibrée à l’origine… 

Pour le genre, des collisions mal réglées et aléatoires, c’est une hérésie pour une telle production. Ainsi, malgré un challenge abordable (comme sur l’épisode R-Type Final, plusieurs modes de difficulté sont présents), il arrive régulièrement que le Game Over s’affiche. Et là encore, par rapport à son prédécesseur, on aurait aimé que l’écran ne se fige pas littéralement dès qu’un projectile touche le vaisseau. Certes, c’était pareil sur PlayStation 2 mais l’arrêt sur image était loin d’être aussi sec.

Le côté esthétique est timidement vu à la hausse, même si le level design reste pauvre et parfois difficilement lisible. On aurait préféré un level design plus riche et surtout plus vaste nous laissant la possibilité de nous mouvoir librement sans pour autant avoir la sensation d’être oppressés.

Conclusion

Ce R-type Final 2 est pour moi une grosse déception, car les développeurs sont passés à côté de l’essentiel du genre en voulant faire renaître une licence mythique qui est devenu une légende. La bonne volonté était là et en 2021, on pouvait en faire un bon titre, mais la finition n’a pas été au rendez-vous et c’est bien dommage.

 

Test réalisé par Dageta sur Switch

Dageta
Dageta

Dageta est une fusion ratée qui n’a pas été prise au casting Dragon Ball Z. Il sombre dans les marécages de la mélancolie et noie son chagrin dans les jeux vidéo où il parfaire son skill dans le versus fighting et le shoot’m up ! Avec le temps, sa collection grossit à vue d’œil et sa soif de culture n’est qu’exponentielle. Pupille au sein de l’association MO5.com, il rejoint les rangs de Shainiiigaming pour prêcher la passion et la préservation du patrimoine vidéoludique.

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This