Vous le savez, la mode des jeux axés sur l’écologie et le bien être de la planète est bien là, quitte à surfer sur l’abus, les éditeurs savent bien que pour attirer un public précis (je parle des mecs avec des dreadlocks qui vivent dans leur van aménagé low cost et tous ceux qui veulent faire pareil mais qui n’osent pas) va falloir naviguer sur la vibe des gilets verts (Jaune étant déjà prit, le vert ça fait plus nature).

Entendons-nous bien, je suis une défenseuse absolue des droits de la terre et les animaux me sont bien plus chers que les humains, même vous, chers lecteurs. Fondamentalement, je suis donc très attirée par tous ces jeux qui se veulent envoyer un message fort sur la condition – CATASTROPHIQUE – de notre chère Terra, appelez-là comme vous voulez.

 

Dès lors, j’ai testé la démo de TERRA NIL

 

Accessible à tous sur STEAM, le titre exclusif au PC pour l’instant se veut être un jeu de gestion simpliste et relaxant. Les couleurs y sont jolies, l’ambiance y est convaincante et notre but ultime est de transformer une terre aride en vrai paradis de verdure, avec plein de petits n’animaux… Roh oui, des n’animaux tout plein, gouzi gouzi.

Au début, il n’y avait rien…

 

La démo vous fera tester une MAP procédurale, un petit tuto simple et efficace vous mettra sur les rails assez rapidement et vous comprenez vite ce que vous avez à faire. D’abord, on pose des éoliennes et on terraforme le sol. Ensuite, on y place des biomes (c’est de là que les n’animaux arrivent en fait) et pour finir, on recycle tout notre bordel pour construire notre vaisseau spatiale et s’envoler vers d’autres endroits à terraformer.

Ironique n’est-ce-pas ? Et pourtant je vous l’assure, le jeu ne vous laissera pas repartir tant que vous n’avez pas recyclé la moindre ferraille que vous y avez installé.

Le message est clair : répare ce que tu as cassé et n’oublie pas de reprendre tes merdes en partant

 

Et on s’y prend tellement, qu’on veut être sûr de n’avoir rien oublié. Mais pour ça, pas de panique, le jeu est sympa et nous indique nos objectifs par phase.

PHASE I : Terraformer en veillant à générer assez de ressources pour continuer (sinon c’est foutu)

Chaque installation vous demandera un prérequis et vous octroiera des ressources. Exemple, les éoliennes ne peuvent être placées que sur des roches et génèrent de l’énergie utile à la plupart des installations.

PHASE II : Créer les biomes et de la biodiversité

En fonction de vos installations précédentes vous aurez plus ou moins de difficultés à générer des biomes. Exemple, il vous faudra un arbre pour créer des insectes pollinisateur pour ensuite brûler le sol et créer une forêt. Vous devrez avoir un quota pour chaque biome pour continuer.

 

Puis, tout est parti en fumée (mais c’était pour la bonne cause)

 

 

PHASE III : Recycler

C’est la partie où on détruit tout. Une jauge de recyclage devra atteindre 100% pour vous permettre de décoller de la planète. Veillez cependant à avoir un bon taux d’humidité et une bonne température avant de décoller. Histoire que les n’animaux survivent…

 

Plus qu’à tout détruire

Et ensuite ?

La démo s’arrête là, mais le jeu nous laisse entrevoir plusieurs terrains arides sur la planète qui devront être à leur tour traité. Typiquement c’est le genre de jeu qui vous occupera de longues heures sans pour autant vous stresser inutilement. La démo m’a occupée pendant 70 minutes.

Et pour ceux qui sont en manque de pixel, le prototype du jeu est toujours téléchargeable sur ich.io https://vfqd.itch.io/terra-nil

Le jeu n’étant pas encore sorti, je vous invite à tester la démo et le rajouter dans votre wishlist (. ͡❛ ͜ʖ ͡❛.)

 

Missa Chan
Missa Chan

Casse-noisette professionnelle, psychopathe du text-smiley et adore chercher l’info qui fâche pour mieux remuer le couteau dans la plaie.

I should go =͟͟͞͞( ✌°∀° )☛

On est en stream ! :D On restream bientôt ;-)
Shares
Share This