TEST: ONE PIECE BURNING BLOOD

1

Date de sortie : 03/06/2016

Disponible sur : PC – PS Vita PS4 – Xbox One (70 euros)

Habituée des Beat Them All, la licence One Piece se dote enfin d’un jeu de combats au doux nom de Burning Blood. Attendu comme le messie par des hordes de fans de la saga, découvrons si nous venons de mettre la main sur la pépite tant espérée.

Un brin de culture

Un bref rappel sur cette énorme saga qu’est One Piece pour les quelques lecteurs ayant oublié d’ouvrir les yeux ces quelques dernières années. One Piece est donc une série de mangas créée par Eiichiro Oda dont le premier tome a été publié il y a maintenant quasiment 20 ans, en 1997. Depuis, près de 80 tomes ont vu le jour en France. Bien que la saga soit maintenant l’une des plus vieilles, celle-ci attire toujours autant son public puisque chaque tome est un véritable phénomène au Japon. D’ailleurs cela fait maintenant de nombreuses années qu’un manga ne lui a pas piqué sa première place des ventes.

One Piece nous conte donc les aventures de Monkey D. Luffy dont le rêve et objectif est de trouver le One Piece, le trésor du seigneur des Pirates Gol D. Roger et de devenir ainsi le Nouveau Roi des Pirates !

2

La grande guerre des Pirates

Comme tout jeu tiré d’un univers manga qui se respecte, One Piece Burning Blood propose un mode Histoire appelé Guerre Suprême. Bien que le synopsis ci-dessus se veut assez général, le mode scénario est clairement à déconseiller aux néophytes : à contrario du précédent jeu One Piece, intitulé Pirate Warriors 3, nous avons affaire à une portion de scénario assez courte. En effet, Namco-Bandai a décidé de s’attaquer à un arc majeur de la série, celui de la Bataille de Marineford.

Pour rappel, Ace, le frère de Luffy, a été capturé par la Marine et doit être exécuté pour expier ses crimes qui sont d’être le fils de Gol D. Roger, l’ancien roi des Pirates et d’être le commandant de la seconde division de Barbe Blanche, l’un des plus puissants pirates actuels. Luffy, accompagné de nombreux pirates ainsi que de la flotte de Barbe Blanche, accourt donc à la base de Marineford pour le sauver. C’est ainsi qu’une des plus grandes batailles du manga aura lieu.

4 5

Un scénario un peu bref

Si l’arc se veut tout de même assez conséquent avec une trentaine d’épisodes du dessin animé, on constatera que pour un jeu vidéo ça fait tout de même assez peu. Bien que le scénario proposé soit l’un des plus marquants de la saga il est retranscrit en une dizaine de combats. Le mode scénario vous propose en effet de vivre cette aventure à travers les yeux de Luffy, puis de Barbe Blanche, suivi d’Akainu pour finir par les combats du point de vue d’Ace.

On appréciera la présence de cinématiques fidèles à la série, ainsi que la présence des doubleurs japonais, cependant on déplorera que la mise en scène ne soit pas à la hauteur de celle présente dans les Naruto Ultimate Ninja Storm du même développeur. Ne vous attendez par contre pas à de l’exploration, ici il ne vous sera proposé qu’une série de combats.

6 7

De nombreux modes de jeu

En plus de la Guerre suprême, vous aurez accès à plusieurs autres modes de jeu. Attention toutefois, pour tous les débloquer il vous faudra au préalable avoir fini toute la « saga de Luffy ».

Vous aurez donc accès à :

  • Un mode Combats libres

  • Un mode Combats en ligne

  • Un mode Versus Prime, dont le but est de réussir des contrats visant à éliminer des adversaires de plus en plus puissants afin de gagner de l’expérience et de l’argent. Vous aurez parfois des conditions précises comme utiliser un certain type de combattants ou utiliser telle compétence.

  • Un mode Capture de Drapeau. Ce mode se veut plutôt original et propose de devenir pirate au sein des différents équipages qui naviguent sur Grand Line. L’équipage qui gagne est celui qui a envahi le plus d’îles à la fin du temps imparti (une semaine par saison). Vous pourrez vous déplacer +/- loin grâce à une jauge d’action qui se rechargera en fonction du temps. Afin de conquérir une île, il faudra remplir un défi sur celle-ci, tel que vaincre un autre joueur ou réussir une sorte de combat de boss contre un héros à l’IA extrêmement puissante, peut-être même trop. L’idée est plutôt appréciable sur le papier mais en pratique on se rendra vite compte que les équipes sont déséquilibrées, la plupart des joueurs décidant de faire partie de l’équipage des Chapeaux de Paille et ayant ainsi tendance à rapporter beaucoup plus de points chaque jour que les autres navires.

8 9

De la baston facile d’accès

Maintenant que nous avons posé les bases du jeu, il est temps de parler du nerf de la guerre, le Gameplay. Comme beaucoup de jeux de combats made in Namco-Bandai, One Piece Burning Blood se veut un jeu de combats « pop-corn ». Comprenez par là un jeu facile à prendre en main avec des combats tout de suite plaisants à regarder. Ce qu’un fan de One Piece veut c’est revivre les combats de façon aussi intense et théâtrale que dans sa série favorite. Et pour le coup c’est une réussite !

Chaque touche de la manette a une fonction précise. A pour sauter, B pour la garde, X pour les coups simples et Y pour les coups dits uniques. Si vous souhaitez réaliser une attaque spéciale il suffira de maintenir LR enfoncée et de l’associer à une des trois touches d’action. Les coups spéciaux sortent donc immédiatement, sans nécessité de gérer une barre de « pouvoir ». Ceux-ci sont bien mis en scène et évoqueront tout de suite des souvenirs aux connaisseurs.

10 11

Du combat en équipe

Assez à la mode ces derniers temps One Piece a succombé au système de Tag. Ainsi les combats voient s’affronter 2 équipes de trois. Vous pourrez switcher de personnage à n’importe quel moment en appuyant sur les gâchettes. Ainsi, cela apportera une notion stratégique à vos combats en choisissant un personnage plus rapide ou plus puissant en fonction de votre adversaire.

Par ailleurs, une jauge d’embrasement se remplira petit à petit au fur et à mesure des dégâts reçus et des coups portés. Cette jauge permettra tout d’abord, une fois celle-ci pleine, de vous embraser, soit de devenir plus puissant et plus rapide pendant une courte période, afin de tourner à votre avantage l’issue du combat mais elle permettra également de faire des actions d’équipe. En effet, contre la moitié de votre jauge vous pourrez faire une « attaque unie » finissant votre combo par une attaque spéciale d’un de vos alliés et contre les 2 tiers de la barre vous pourrez réaliser une « défense unie » afin de cesser un combo adverse voire une contre-union afin d’empêcher la défense unie de votre adversaire.

A noter que lors de l’embrasement, si vous appuyez sur le joystick droit vous déclencherez l’attaque ultime de votre personnage !

12 13

D’autres subtilités de Gameplay

En plus des techniques collectives décrites au-dessus, il existe un système de garde flash et de contre flash. Malheureusement le fonctionnement de ceux-ci est peu expliqué en jeu et malgré 10 heures de combats à mon actif, je n’ai réussi que très peu de fois à les utiliser.

De plus, il existe un système très intéressant, directement inspiré de la série, mais qui n’est pas expliqué lors des premiers combats de l’histoire qui se veulent didacticiels. Bien que j’en aie entendu parler lors des annonces sur le jeu, j’ai pu découvrir son fonctionnement par hasard au bout de 5 heures de jeu. C’est un point vraiment dommageable quand on sait toute l’importance de son utilisation. Arrêtons le teasing tout de suite et venons-en au fait !

Dans l’univers de One Piece, certains fruits du démon donnent à leur utilisateur le pouvoir des éléments. Ceux-ci appelés Logia rendent ces Pirates quasi-invincibles. En effet, aucune attaque normale ne peut les atteindre. Afin d’être touché il faut que leur adversaire maitrise le Haki, ou fluide combatif. One Piece Burning Blood instaure donc ce système dans ses combats au moyen d’une jauge activable via la touche LR et se rechargeant toute seule avec le temps. Ainsi lorsqu’Akainu utilisera son pouvoir du feu, la seule façon pour que Barbe Blanche puisse le toucher sera d’activer son Fluide Combatif.

14 15

Des problèmes d’équilibrage

Cependant, malgré toutes ces belles promesses le jeu se veut extrêmement déséquilibré. En effet, à vouloir être trop fidèle à la série, on en perd de vue son objectif premier: être amusant. En effet, en mode combat libre, si vous voulez gagner un combat c’est très simple, il vous suffit d’utiliser Luffy et Barbe Blanche. Avec ce duo vous n’aurez même pas besoin d’utiliser un 3ème personnage tant ceux-ci dominent le roaster du jeu. De plus, pour chaque personnage on en viendra à utiliser le même et unique combo à répétition afin de venir à bout de son concurrent.

Si en jouant tout seul cela peut éventuellement s’avérer amusant, on peut se poser la question de l’intérêt du mode En Ligne, plus gadget que compétitif. Une chose est sûre, ce jeu se destine d’avantage à un usage familial qu’à la scène internationale.

Par ailleurs, même le mode scénario se veut mal dosé, certains combats étant d’une simplicité enfantine et le suivant obligeant le joueur à passer par le mode Versus Prime pour farmer de l’expérience afin que notre héros gagne 2/3 niveaux et devienne ainsi plus fort.

16 17

Du contenu fidèle

Pour terminer on appréciera la présence de 40 protagonistes tous fidèles à la série. On aimera également le fait que ces personnages proviennent de toutes les saisons de l’animé et ne se cantonnent pas qu’à la saga Marineford. De plus, ce roster, déjà conséquent, se voit complété par une soixantaine de héros de soutien, souvent des personnages secondaires, mais toujours agréables à découvrir, qui octroient des bonus et altérations d’état à nos pirates lors des combats.

Enfin, Burning Blood nous propose une sélection de 12 stages, assez peu variés au final, mais proposant des éléments destructibles dans un style graphique proche de la série. Malgré le fait que le jeu ne pousse jamais la console dans ses retranchements, la modélisation est soignée et fait honneur au manga.

18 19

En conclusion

One Piece Burning Blood est une ébauche, une sorte de test pour voir ce que peut donner un jeu de combats inspiré de la licence One Piece. Proposant des combats faciles d’accès mais gâchés par un déséquilibre flagrant entre les différents personnages du jeu, l’expérience reste tout de même agréable pour les amoureux de l’œuvre d’Eichiro Oda. Espérons maintenant que les prochains épisodes s’inspirent plus de la série des Naruto Ultimate Ninja Storm que de celles des Saint Seiya, toutes deux testées dans nos colonnes.

20

Test réalisé par ZEUGMA

 

Shainiiigaming
Shainiiigaming

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This