TEST : My Hero One’s Justice

Date de Sortie : 26/10/2018

Disponible sur : PS4, XBOX ONE

My Hero Academia, un manga de Kôhei Horikoshi s’est déjà fait un nom dans la scène Nekketsu. Il rentre dans les critères du surpassement de soi et a bien trouvé sa place dans le cœur des fans aux côtés de Dragon Ball ou Naruto. À partir de là Bandai/Namco, grand spécialiste d’adaptation manga/anime en jeu vidéo, se devait absolument de retranscrire vidéoludiquement ce manga à la popularité montante. Après la sortie de Soul Calibur VI et une sortie en parallèle du gros hit de Rockstar, My Hero One’s Justice est déjà en porte-à-faux parmi les gros titres concurrents, va-t-il quand même sur frayer un chemin vers les amateurs de versus fighting ?

 

     

 

Plus Alter que Ego !

Je ne vais pas reprendre l’histoire du manga/anime, car l’intention de Bandai/Namco est claire, ce jeu est fait pour les fans. Si le but est de revivre l’histoire du héros, le choix est particulier, car on zappe carrément le premier arc, bah oui ! C’est un jeu de combat autant aller vers l’essentiel ! Du coup, on commence le mode solo lors du stage de Midoriya Izuku chez Gran Torino, et ce jusqu’au combat d’All Might contre All for One. Ainsi si on ne connaît pas l’histoire au préalable, le mode solo risque d’être incompréhensible pour les novices. Les adeptes, en revanche, vont pouvoir revivre les moments forts de cette période et aussi jouer certaines scènes secondaires pour éviter le focus sur un seul personnage. On pourra alors revire les combats du côté de la fameuse équipe académiale, mais aussi le revers du côté de la confrérie des vilains.

Autre générosité de Bandai/Namco pour le fan soliste en plus d’un mode arcade c’est le mode Mission. Dans ce mode, il faudra vous frayer un chemin parmi plusieurs embranchements et plusieurs ennemis à abattre pour aller jusqu’au bout sans régénération de votre barre de vie. À vous de choisir la meilleure équipe et de choisir avec attention vos adversaires pour arriver au bout des cartes. Vos choix sur les embranchements auront évidemment une incidence proportionnelle sur les récompenses par rapport à votre prise de risque, difficulté et conditions des combats choisis. Malgré ce mode plus stratégique, qui donne un certain challenge au joueur et un mode solo assez conséquent tout de même, nous avons une sensation d’inachevé qui reste, avec un intérêt qui pour moi est abyssal, puisque tout ce qu’on va débloquer ce sont des petits items pour personnaliser vos personnages. Car oui, nous pouvons cosplayer nos avatars avec ces items purement esthétiques (couvre-chef, vêtement, accessoires, voix…), mais ceci est un prétexte subtil pour donner la sensation d’un titre rempli.

 

     

 

Plus Ultra ?

Surfant sur le succès des Naruto ninja storm entre autres, nous avons donc des combats en 1vs1 dans un environnement 3D (à entendre par là libre de déplacement) et parfois en arène avec la possibilité de gagner par une sortie de ring. Les décors reprenant pas mal d’endroits cultes du manga sont bien représentés et complètement destructibles ce qui intensifie la sensation de puissance des alters (nom utilisé comme synonyme de pouvoir dans le manga) et décuple la violence des combats. Car oui, le développeur Byking multiplie les effets visuels des attaques et onomatopées énormes qui rappellent les codes du manga pour miser un maximum sur le spectacle plutôt que sur la technique. Autant le fan du manga/anime a été séduit, autant le féru de versus fighting que je suis a été perdu et déçu. Le gameplay malgré sa simplicité n’est pas bon et s’éloigne des codes habituels du combat. Nous avons un bouton d’attaque normale, 2 pour les alters et 2 supers avec très peu de possibilités de variantes. Pas d’overhead, pas de reversal, air combos douteux et des cancels chargés assez spéciaux. En effet, chaque personnage a une attaque imparable, mais demande du temps de charge où vous pouvez prendre du dégât !? Et par-dessus ça, vous avez des supers qui une fois déclenchées (cinématique) peuvent être cancel par un simple coup de l’opposant !! C’est n’importe quoi ! Autre chose de décevant, c’est que vous avez la possibilité de choisir 2 équipiers qui peuvent intervenir en combat, mais pas de switch. Le choix de caméra n’est pas non plus judicieux, car située dans votre dos et pointant l’adversaire, elle est rapidement aux fraises dans des situations critiques comme dans un coin ou contre un mur. Au final on a un gameplay bâclé et vraiment déséquilibré, car pour un roaster de 20 combattants, les alters sont restés « en l’état », c’est-à-dire que Byking n’a pas jugé bon de revoir la balance des forces pour des versus équilibrés. Les dommages sont énormes rendant le multi caduc et l’intérêt du challenge néant contrairement à un Dragon Ball Fighterz.

 

     

 

En Conclusion

My Hero One’s justice est un titre moyen qui va attirer seulement les fans du manga/anime pour incarner leur personnage préféré, mais décevra les fans de versus fighting dont les codes sont bafoués par un développeur qui n’a pas su être rigoureux dans le gameplay, laissant une sensation d’inachevé parmi les joueurs. Le roaster de base déçoit un peu tant il manque de personnages. Mais ce n’est que purement commercial, car on va sûrement retrouver ce manque en DLC comme c’est déjà le cas avec Inasa Yoarashi et Endeavor. Titre à prendre comme apéritif pour patienter le plat de résistance Jump Force qui arrivera le 15 février de l’année prochaine.

 

 

 

Test réalisé sur la version PS4 par DAGETA