TEST : For Honor

Date de Sortie : 14 Février 2017

Disponible sur :  PC, PS4 et Xbox1

Et paf ! Ubisoft frappe encore ! Après la nouveauté « Steep » qui renoue le joueur avec le succès des X-Games des années 90, l’éditeur français nous sort une nouvelle licence, évoluant dans le monde de la guerre médiévale, taillée pour l’e-sport. For Honor est un titre TPS où le joueur pourra choisir entre chevalier, viking ou samouraï. Voyons si ce titre est aussi prometteur sur l’écran que sur papier ?

«  Faut faire un feu en forme de cercle, autour d’eux, comme ça ils se suicident, pendant que nous, on fait le tour et on lance de la caillasse de l’autre côté pour brouiller… Non ? »

Dès le départ vous avez la possibilité de choisir votre faction préférée et de créer votre blason avec un grand choix de logos, de fonds et de contours qui orneront votre bouclier. On enchaîne ensuite un tutoriel vous expliquant les bases du gameplay qui sera répété dans la campagne solo.

L’histoire prend place dans les terres dévastées d’Ashfield où la guerre entre les différents ordres, bat son plein depuis des millénaires. Ainsi, on commence par incarner un chevalier qui rejoindra la sombre Légion d’Obsidienne dirigée d’une main de fer par la charismatique Apollyon (oui, la gente féminine est à l’honneur dans For Honor et ce n’est pas plus mal). Ce sera au travers de 6 missions que nous combattrons les vikings avant de les incarner afin de combattre les samouraïs pour enfin terminer par eux avec un total de 18 missions pour cette campagne.

Ubisoft invite à commencer par la campagne solo car cette dernière de quelques heures est idéale pour faire le tour de toutes les factions et ses héros et poser les bases du background.  La maîtrise est le mot d’ordre de For Honor, il faudra faire le tour des styles de combat des 12 héros proposés (soit 4 par faction : un polyvalent, un tanker, un assassin et une combinaison des 3) avant de jeter votre dévolu sur votre préféré et la campagne est parfaite pour ça. Le petit bonus, c’est une fois la campagne finie, vous aurez suffisamment de ressources pour customiser votre héros. En effet, tout au long de celle-ci vous aurez de l’acier à récupérer (qui est la monnaie du jeu), en cassant des jarres disséminées tout au long de votre progression des missions, mais aussi des coffres qui permettront de customiser votre équipement. Des points d’observations sont aussi à trouver, déclenchant une voix off qui étoffera l’ambiance et l’histoire de la campagne. Cela  vous permettra de booster l’XP de votre personnage et récupérer des capacités spéciales qui seront très utiles spécialement sur les Boss.

« J’pensais à une chose, en toute amitié, un gros pain dans votre tête, ça serait de nature à vous convenir ? »

Toute l’essence de For Honor est dans son système de combat, très simple à comprendre, mais difficile à maitriser. Comme pour « Age of Conan » vous avez la possibilité de parer ou attaquer dans 3 directions différentes (gauche, droite et haut).  Ainsi pour parer comme pour attaquer votre adversaire, il suffira, dans un bon timing, de reproduire la direction de l’attaque avec votre joystick ou faire l’inverse pour l’attaque. Et pour augmenter le challenge et pimenter les duels, vous aurez la possibilité de briser la garde, projeter, faire des roulades d’esquives ou faire une attaque spéciale suivant votre personnage. Vous pourrez aussi choisir parmi une sélection de power-up débloqués suivant votre niveau, que vous utiliserez à tout moment pour vous soigner ou faire du buff/debuff. Avec une bonne expérience et une grande maîtrise des séries de coups de votre personnage, vous pourrez par la suite exécuter des combos dévastateurs. La précipitation n’a pas sa place dans For Honor, car malgré la simplicité du système de combat, on n’a pas le droit à l’erreur. Le jeu force le joueur à analyser son adversaire, établir des stratégies en fonction et faire énormément attention à l’environnement car votre victoire ou votre défaite peut se jouer sur l’interaction avec le lieu du duel, (un pont, du feu, la glace…). Tout l’ensemble donne des combats lents, certes, mais totalement épique ! On sent que l’équipe d’Ubisoft s’est renseignée sur les arcanes et les techniques de combat des différents peuples rendant les duels étonnamment réalistes et meurtriers. D’ailleurs la campagne solo peut se faire en 4 modes de difficulté : facile, normal, dur et réaliste, qui pour ce dernier reprend l’IA du mode dur avec la disparition de l’HUD.

En multijoueur, nous avons 5 grands modes de jeux :

  • Le mode Duel comme son nom l’indique va proposer un affrontement avec un autre joueur sur une carte random en 5 manches. Mode idéal pour se faire la main en ligne.
  • Le mode Rixe est identique au mode duel mis à part le fait que c’est 2 contre 2, ce qui offre davantage de vigilance et de mise au point stratégique pour trouver la victoire.
  • Le mode Dominion se joue en 4 contre 4 sur des cartes plus grandes dont le but est de capturer des zones et les conserver pour booster un compteur de points qui, arrivé à 1000, donne la victoire.
  • Et enfin le dernier mode Elimination toujours en 4 contre 4 dont la victoire revient au denier homme debout.

Reste à savoir si ce contenu est suffisant pour garder le joueur en haleine car malgré l’effort d’Ubisoft de varier les cartes avec une météo changeante, il s’avère qu’à la longue un sentiment de lassitude peut s’installer auprès du joueur lambda. D’autant plus que le matchmaking et  les serveurs sont tellement lents qu’on a l’impression qu’ils sont eux aussi du moyen-âge. Il est extrêmement difficile de trouver une partie allant jusqu’à plusieurs dizaines de minutes et lorsque par magie on en trouve une, il est possible qu’il crashe en plein combat et on se retrouve directement sur le menu. Espérons qu’à l’avenir il y ait une mise à jour pour rectifier tout ça.

« Eh oui mémé, t’es bien mouchée! »

Un autre gros point fort de For Honor, c’est beau ! Des environnements magnifiques qui peuvent happer le joueur, oubliant les atrocités de la guerre pour contempler son environnement. Les level designers ont fait un travail remarquable sur les jeux de lumières, les textures, les détails sur la météo ayant une réelle répercussion sur le décor. Le rendu des personnages a été également travaillé avec le plus grand soin et un souci du détail sur les armes et les armures donne du réalisme aux personnages.

Mais là où For Honor se démarque nettement c’est l’animation. Pendant les combats les enchainements et le placement sont d’une telle fluidité que l’on peut ressentir la force et la lourdeur du maniement des armes, ainsi que la force de l’impact au choc du métal, c’est assez bluffant. Dans ma vie de joueur j’ai rarement vu une telle efficacité dans l’animation. On espère que ce « Motion matching » sera repris dans des futures productions d’Ubisoft et je l’espère dans le prochain volet d’Assassin ‘s Creed car il donne une réelle dimension au jeu et une immersion supplémentaire au joueur.

En Conclusion

Beau coup de poker de la part d’Ubisoft avec cette nouvelle licence qui, même si ce premier opus n’est pas parfait, brille dans son style de combat original et ses animations sans failles. Il reste en revanche à améliorer le matchmaking et les serveurs pour que l’expérience de jeu devienne une réussite. Je ne serais pas surpris de le voir briller sur la scène de l’e-sport pour son potentiel technique et intransigeant et je le souhaite fortement en tout cas.

Test réalisé sur la version PS4 par DAGETA

Shainiiigaming
Shainiiigaming

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This