TEST: BROTHERS: A TALE OF TWO SONS

1

Date de Sortie : 07/08/2013

Disponible sur : PC – PS3 – PS4 – XBOX 360 – XBOX ONE (20 euros)

Plus qu’une musique d’Avicii (la rédaction décline toute responsabilité pour cet humour douteux), Brothers est également un jeu indépendant réalisé par 505 Games, réédité en fin d’année 2015 dans une version physique. 

Un remède miracle…

Il était une fois, deux jeunes frères vivant seuls au côté de leur père depuis que leur mère est morte noyée quelques temps auparavant. Un jour, malheureusement, leur père tombe malade et rien ne peut le soigner, excepté une plante très rare qui pousse de l’autre côté du monde. Prenant leur courage à deux mains, nos deux héros vont donc affronter les périls du monde pour le sauver.

2 3

Une prise en main originale

La maniabilité est des plus simplifiée étant donné que seules 4 touches seront utilisées tout au long de l’aventure, mais celle-ci n’est pour autant pas des plus classique. En effet, vous contrôlerez les deux frères simultanément à l’aide d’une seule manette. Chaque frère sera dirigé à l’aide d’un joystick et aura une touche action dédiée (les gâchettes). Il vous faudra donc faire preuve d’une certaine coordination d’autant plus que toute l’histoire prend à partie cette jouabilité. L’histoire commence d’ailleurs sur une séquence où il faudra transporter votre père mourant à l’aide d’une charrette. Il faudra faire, plus tard, tantôt diversion auprès d’un cochon féroce le temps que votre frère s’échappe, tantôt faire tourner des leviers simultanément mais dans des sens différents.

4 5

Une complémentarité des frères

Le Gameplay ne mise pas que sur cette coordination mais également sur une complémentarité des frères. L’aîné sera plus grand et donc plus fort et saura également nager tandis que le frère cadet, de par son poids léger, pourra se suspendre facilement, être surélevé grâce aux courtes échelles que lui fera son frère ou bien encore se faufiler dans des trous de souris. Tout au long de l’aventure, vous serez confrontés à des petites énigmes, jamais déstabilisantes, mais qui nécessitent une bonne utilisation du duo.

6 7

Ce lien qui nous unit

Mais plus qu’un Gameplay, Brothers : A Tale of Two Sons est surtout une histoire. En effet, il faut se l’avouer, le jeu est très simple et vous ne bloquerez jamais plus d’une minute sur une énigme, cette maniabilité permet surtout de renforcer ce lien qui unit les deux frères. Par le lien physique de la manette, jamais on ne se sera senti aussi proche des frères et le lien affectif qui les unit n’aura jamais été aussi si tangible.

A la manière des Sims, leur langue est incompréhensible (une langue inspirée de l’arabe, réalisée en vitesse accélérée d’après le Making-Of de l’auteur). Pourtant, pas une fois on ne comprendra pas ce qu’ils se disent. En effet, l’intonation des voix, leur gestualité et les quelques images qui apparaissent parfois au-dessus de la tête de nos comparses sont claires comme de l’eau de roche.

8 9

Un conte mature

Mais ne vous laissez pas abuser par ces paysages oniriques aux couleurs pastelles et à la profondeur de champ folle. Tantôt dans des grottes luminescentes, tantôt dans une montagne enneigée en passant par les ruines d’un ancien château, vous allez voyager et découvrir un monde magnifique, mais Brothers est un vrai conte. Et par conte j’entends y associer toute la maturité que l’on retrouve dans les grands classiques du genre. Vous ne trouverez pas ici une histoire pour enfants, la modélisation de la mort de la mère nous est peinte de manière tragique et le compte-à-rebours avant la mort de votre bien-aimé père est omniprésent. Par ailleurs, bien qu’il existe des événements annexes plus calmes et colorés, comme aider des tortues à retrouver leur maman, il existe également une phase où il faudra essayer de sauver un malheureux homme tentant de se pendre.

La bande son est quant à elle sublime. Débutant d’une manière assez douce et calme, celle-ci se verra au fur et à mesure de l’aventure de plus en plus teintée de tristesse et de nostalgie, corroborant parfaitement, tel un sablier, à la faible vitalité restante du père.

10 11

Une histoire brève mais bouleversante

En effet, Brothers mise plus sur son scénario et son épopée que sur sa longévité. Le jeu peut se réaliser d’une traite, et comptez en moyenne 3 petites heures pour en venir à bout. Mais pour 20 euros, est-ce dérangeant ? J’ai envie de vous répondre non. L’histoire entière est tellement bouleversante et la fin est tellement superbe que je vous avoue avoir versé une larme et pourtant ça ne m’est pas arrivé souvent dans un jeu vidéo. Plus fort encore, je l’ai fait deux fois à 2 semaines d’intervalle, et la deuxième fois, bien qu’elle n’a pas coulée, la larme était bien présente à l’œil. D’ailleurs, en écrivant ces quelques lignes, je ressens une réelle envie de me relancer dans cette aventure, tant celle-ci est poétique, belle et transportante.

12 13

En conclusion

Brothers : A Tale of Two Sons est une aventure poétique admirablement bien réalisée. Bien que très court, on lui pardonnera aisément pour sa maniabilité innovante, sa bande-son, ses décors magistraux et bien sûr son histoire bouleversante

Un jeu qui mérite absolument d’être joué et dont la présence d’une version physique depuis peu devrait finir de convaincre les derniers résistants.

14

Test réalisé par ZEUGMA sur PS4

 

Shainiiigaming
Shainiiigaming

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This