TEST : XENON 2 : MEGABLAST

1

Date de Sortie : 1989

Disponible sur : Amiga, Atari ST, Archimedes, CDTV, Master System, Mega Drive, PC (DOS), Game Boy.

Xenon 2 a été pour moi le jeu déclencheur de ma passion pour le Shmup et le jeu vidéo en général, c’était à l’époque de sa sortie une tuerie pour nos mirettes et ça le reste toujours. Je vous propose une restrospective du jeu de mon cœur, plus qu’un test, une présentation de ce jeu de qualité fait avec amour et passion.

XENON 2, mon amour…

Je me rappellerais toujours cette étrange sensation entre désarroi et excitation lorsque mon père franchi la porte de notre appartement, un soir de l’année 1989, avec les bras chargé de matériel informatique. Il venait de perdre son travail à cause de son entreprise qui déposait son bilan. Il avait donc récupéré son IBM 286 avec une ribambelle de disquettes 5 ʺ ¼. J’avais 8 ans, et grâce à ça j’ai découvert les commandes DOS et ainsi cherché ce que cachait ces fameuses disquettes. J’ai pu alors jouer à des jeux comme Wolfpack, Battle Chess, Prince of Persia, Popcorn, The Duel, Jetfighter, Grand Prix et surtout Xenon 2.

 2 3

J’en ai passé des heures à explorer les mondes et shooter du « Xénites » à coup de barre espace et découvrir les boss de chaque niveau. Ce jeu m’a énormément impressionné à l’époque par l’esthétique des Bitmap Brothers et surtout sa musique des Bomb the Bass qui faisait cracher les Watts de mon bipper DOS, car à l’époque pas de soundblaster, seulement quelques bips illustraient la bouillie de pixel à l’écran.

La presse de l’époque n’avait que d’éloge pour ce jeu, on retrouve dans Gen4 n°15 : « …mais celui-ci, est non seulement irréprochable, mais il possède en plus des scrollings différentiels impressionnants et une jouabilité très intéressante. » ou bien « Oubliez tout ce que l’on a pu vous dire sur le shoot’em up, voici sorti l’ultime jeu de ce type sur ST. » ou encore « Xenon 2 est le meilleur shoot’em up de l’année, car il est grandiose au niveau de la réalisation et plein d’idées originales, ce qui fait du bien pour un soft de ce genre. »

Il a aussi fait l’objet de nombreux prix lors de cette année 1989 voir 1990 :

  • Awards s In-Din 1989 « Best Music & Effects »

  • Generation 4 1989 « Best Graphics ZZap »

  • ELSPA Awards 1990 « Best Shoot ’em Up »

  • CU Readers Award 1989 « Best Shoot ’em Up »

  • ZZap Readers Award 1989 « Best Shoot ’em Up »

  • Readers Award 1989 « Best Music & Effects »

4

La genèse

Et oui, on parle de Xenon 2 mais d’où sort-il exactement ?

Ce serait une erreur de faire de Xenon 2 la gloire des Bitmap Brothers alors qu’ils n’ont accomplis que le design du jeu, car la programmation revient aux codeurs de « The Assembly Line » ! Erreur qui avait été faite par la presse de l’époque et engendra un procès entre les firmes, chose courante à cette époque et surtout dans le milieu.

Celui-ci reprend l’histoire là où elle s’était arrêtée à la fin du premier, ainsi, un millier d’années après leur défaite cuisante, les Xénites, extra-terrestres belliqueux et rancuniers, prirent le temps de préparer leur vengeance en mettant en place un plan des plus diaboliques. C’est en plaçant cinq bombes temporelles à travers l’espace-temps qu’ils comptent détruire l’univers… C’est donc à bord du Megablaster que vous devez trouver ces cinq bombes qui ont par leur radiation modifié la faune et la flore environnante devenue hostile.

5 6

Mouais… ok. Malgré ce scénario classique et simpliste, ce n’est pas ici que l’on va trouver l’intérêt du jeu, mais bien dans son gameplay ! Parlons-en tiens ! Sa maniabilité est exemplaire, on contrôle le Megablaster de manière fluide et sans latence (Je n’ai pas parlé de la version Mega Drive !) avec la barre espace si on joue au clavier ou un bouton de tir au Joystick et c’est tout ! Par contre, faut oublier l’autofire, il est inexistant, vous pourrez l’obtenir en boutique, mais celui-ci est trop lent, ou opter pour un joystick le permettant, sinon c’est spammage de bouton, de quoi prouver votre entrainement au shooting watch. D’ailleurs ça me rappelle des coop avec mon frère où je dirigeais le vaisseau tandis que lui était occupé à marteler la barre espace et on switchait quand il était fatigué.

Le jeu est difficile, mais pas insurmontable. Le système de vies est constitué de trois crédits et chaque vie d’une barre d’état qui une fois vide, vous fait perdre un crédit. Plus de crédit? On recommence du début, pas de codes, pas de point de sauvegarde, rien. Vous comprendrez alors que sa progression doit se faire par cœur et il faut connaitre le moindre pattern de votre ennemi pour en arriver à bout.

Petite particularité du jeu, c’est que l’on peut inverser le scrolling un court instant, ce qui peut vous sortir de certaines situations stressantes.

L’autre particularité essentielle du jeu c’est de pouvoir customiser votre Megablaster, soit en récupérant des bonus tout au long du jeu (et il s’avérera que c’est surtout de l’upgrade que des nouvelles armes), soit en passant à la boutique de Crispin (ou Collin pour la version UK) que vous rencontrerez en milieu et fin de niveau. Votre choix déterminera votre puissance de feu et impactera sur votre progression future, mais il est aussi possible de faire réparer votre vaisseau et d’acheter des vies.

7 8

Avec cette richesse de gameplay, on pourrait croire à un relâchement graphiquement, il n’en est rien. Chaque niveau possède un environnement qui lui est propre: décors rocheux, organiques, volcaniques voire aquatiques. Les graphismes, exploitant à merveille la palette 16 couleurs, sont donc très travaillés et plutôt variés, et encore une fois les Bitmaps Brothers démontrent tout leur talent avec des graphismes très réussis pour l’époque. L’animation est évidemment sans faille (quoiqu’un peu lente) et le jeu affiche sans complexe un nombre impressionnant de sprites à l’écran (je vous rappelle que nous sommes en 1989, on est loin du manic shooter) ainsi qu’un scrolling comportant deux parallaxes, sans compter les étoiles qui défilent sur le fond. Le tout dans une résolution de 320×200 pixels.

La version beta d’Avril 1989 permettait de transformer le Megablaster en Tank comme dans Xenon premier du nom, mais cette option a été oubliée pour la version finale.

Il existe une version plus moderne refait par les Bitmap Brothers, Xenon 2000 : Projet PCF, qui est disponible gratuitement sur leur site à cette adresse : http://www.bitmap-brothers.co.uk/files/xenon2000/Xenon2000.zip

9 10

J’aurais bien voulu rajouter quelques petites anecdotes contenues dans le livre issu du Kickstarter de Darren Wall retraçant l’histoire des Bitmap Brothers à travers leurs titres, mais je ne l’ai pas encore reçu et l’attends avec impatience. Ce sera l’occasion de vous en parler plus en détails dans un prochain article.

11

Dageta

Shainiiigaming
Shainiiigaming

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This