Just Cause 3 Gold Edition

– Hola Ombre.

  • Si Senor Rodrigez.

  • Je te conseille de déguerpir, ça va péter ici.

  • Ah bon Senor Rodrigez.

  • Si Ombre. Je vais faire la peau à DI RAVELLO. Et tout va exploser!

Bon pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, on va juste causer (jeu de mots pourri) de la sortie de Just Cause 3 : Gold Edition.

Nous n’avions pas eu l’occasion de tester, en décembre 2015, Just cause 3. C’est l’occasion pour nous de faire d’un tir, deux morts (bon ok vais essayer d’arrêter, mais je ne promets rien).

Le pitch

Rico Rodrigez, un mélange entre Rambo et Chuck Norris, est de retour à MEDICI, sa contrée natale. Cette contrée est dirigée despotiquement par le Général, président autoproclamé, DI RAVELLO.

Rico va y retrouver des amis de jeunesse et, ensemble, vont tout mettre en œuvre pour que les vertes vallées de son enfance retrouve un sentiment de « Libertad ».

Si vous cherchez une histoire fouillée, avec des personnages dont le background est poussé à son paroxysme, passez votre chemin. Le scénario est digne d’un bon film de baston mexicain de troisième zone. Est-ce mauvais pour autant ? Pas du tout. C’est même délassant pour une fois, de ne pas trop réfléchir. Parce que là je vais vous donner un scoop, il ne faut pas trop réfléchir. Faut tirer, tirer, jeter des grenades, utiliser le bazooka. Et est-ce que j’ai dit qu’il fallait tirer ?

Open World

Alors que Just Cause 2 posait les jalons de l’Open World (on pouvait aller très loin dans la Map mais l’histoire était souvent guidée), ici on se retrouve avec un vrai Open World. Même si il y a une trame principale qui vous emmène de ville en ville (ou plutôt de village en village parce que pour moi une ville comprend normalement plus que 3 rues), nous avons la possibilité de faire fi de l’histoire et de se balader de la manière que l’on veut. De toute façon quel que soit l’endroit sur la carte, le principe est le même : Faut tout faire péter!

Bon c’est un peu réducteur comme avis, parce que d’autres missions parallèles sur la MAP seront proposées, des courses en voitures, en Wingsuit, trouver les autels de prières cachés, …

Il faut avouer que cette carte est assez grande et que vous aurez la possibilité de passer quelques heures devant le jeu, si vous parcourez l’ensemble des territoires d’un bout à l’autre.

Graphismes

Il faut avant tout garder en tête que Just Cause 3 (l’original) est sorti il y a plus de 1 an et demi. Nous avons à propos de ce jeu un avis mitigé sur les graphismes. Autant par moment c’est une réussite visuelle (notamment les explosions) autant parfois, il peut y avoir des textures ratées avec notamment des reflets plastiques et brillants sur des rochers, … De manière générale le jeu est agréable à regarder. Et encore une fois, l’intérêt du jeu n’est pas dans les graphisme (même si c’est un plus).

Le gameplay

On va commencer par le combat.

Nerveux, fun, jouissif, difficile de qualifier les séquences de bastons de Just Cause 3. En attendant c’est une réussite. Et pour plusieurs raisons. Le temps de réaction pour changer d’armement est assez rapide. La visée peut être parfois approximative, mais même dans ces cas, cela ne gêne en rien sur la jouabilité. Au contraire, vous avez la possibilité, avec un peu d’adresse, de faire un tir dans la tête à longue distance, avec une arme qui normalement n’est pas prévue pour. Qu’à cela ne tienne, rien n’arrête RICO. Et justement, il n’y a pas que vos armes que vous pouvez utiliser lors des phases de combats. Il y a aussi votre grappin. Ce superbe engin multi fonction peut directement être envoyé dans un ennemi (cela vous tractera vers lui pour lui balancer un énorme kick), ou alors vous pouvez attacher des objets entre eux, et si par hasard (ou si vous calculez bien) un ennemi passe au moment où les câbles se rétractent c’est Strike. Et honnêtement, c’est fun d’avoir une panoplie d’arme à sa disposition pour effectuer les missions.

D’ailleurs cette panoplie d’armes ferait pâlir d’envie DONALD TRUMP ou KIM JONG-UN. En effet l’arsenal à la disposition de RICO est tout simplement impressionnant et efficace.

Mais en plus des armes, vous pouvez aussi obtenir des voitures, des motos, des hélicoptères, des bateaux, des avions, et cela me permet d’enchaîner sur les autres gameplay.

Plusieurs moyens de transports sont à la disposition de notre Chuck Norris Mexicain. Les déplacements avec ces différents types de véhicules sont assez instinctifs et réussis. On arrive très vite à contrôler la majorité des véhicules et chacun à des petites particularités de conduite.

Et puis qui n’a pas rêvé de pouvoir un jour faire du surf sur un avion de chasse ou sur le toit d’une superbe bagnole en chute libre.

Ce petit commentaire me permet de faire encore un enchaînement digne de NIKOS ALIAGAS : la chute libre.

Et oui, tout comme dans Just Cause 2, notre personnage est muni d’un parachute, ce qui permet d’évoluer dans les airs. Cumulez-le avec le grappin et vous pouvez vous éclatez comme une bête en voyageant avec des moyens qui ne sont pas mis à la disposition des humains que nous sommes.

Petit plus dans cet épisode, le Wingsuit. Ils ont réussi à taper des ailes de chauves-souris à une veste en cuir hyper classe. La prise en main du Wingsuit est par contre un peu plus laborieuse. Au départ votre nez va souvent faire la connaissance d’une falaise ou d’un pont. Mais une fois maîtrisé, rien ne vous arrêtera. En plus d’être Rambo, en plus d’être Chuck Norris, en plus d’être Spiderman (vive le grappin) vous allez être Batman. Rico Rodriguez est un dieu, moi je vous le dit.

Les DLC

Cette édition Gold est livrée avec l’ensemble des DLC. Hormis les packs d’armements supplémentaires (parce que bon, fallait avouer qu’il n’y en avait pas assez), trois DLC scénario sont présents.

SKY FORTRESS : Un nouveau groupe de méchant, EDEN CORP veut prendre le BAVARIUM de votre région natale. Votre Objectif : Tout faire péter! On ne change pas une équipe qui gagne. Des nouveautés par rapport à la version standard ? Une nouvelle combinaison Wingsuit multi fonction, ultra armée.

MECH LAND ASSAULT : qui va nous fournir un méca (qui pourra être utilisé partout). Objectif : tout faire péter! Mais avec un mécha (y a quand même une nuance). Et ça c’est encore plus la classe. (Et même Chuck Norris il n’en a pas).

BAVARIUM SEA HEIST : Parce qu’après le ciel, après la terre, il reste la mer. Dans ce DLC on nous fournit un superbe bateau avec des missiles à tête chercheuse qui nous permettra de remplir notre mission principale : tout faire péter! Et oui…

En conclusion

Faut-il acheter Just Cause 3 Gold Edition ? Je vous répondrai que oui. Parce que déjà le rapport qualité prix y est. Vu le prix de cette édition (un peu moins de 40 €), vous ne sauriez pas être volé. Et en plus, vous pourrez passer un bon moment de détente, sans prise de tête, juste histoire de passer vos nerfs et faire preuve de créativité ou de diversité pour réussir des explosions magnifiques. Et honnêtement la seule limite que vous aurez pour tout faire péter, c’est votre imagination (et les munitions).

Dans cet article j’ai beaucoup comparé Rico à Chuck Norris, mais il faut rendre à Chuck ce qui appartient à César. Rico ne sait pas faire cela. Enfin pas encore. C’est peut être à l’étude dans Just Cause 4.

Shainiiigaming
Shainiiigaming

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This