Les gars de chez NIS AMERICA nous ont proposé de tester leur combo : Saviors of Sapphire Wings / Stranger of Sword City Revisited. Moi qui ne connaissais pas vraiment le genre « Dungeon Crawler« , j’ai pu découvrir l’authenticité de ce type de RPG très Old School et mon petit doigt me dit que ça pourrait vous plaire si vous cherchez d’anciennes sensations.

Old School, Vintage, Antiquité, tant de qualificatifs pour faire frémir les ennuyés des temps modernes. Oui, vous là-bas, accrochés à votre vieille Nintendo 64 et refusant catégoriquement de jouer à Cyberpunk 2077 parce que au delà de 6 000 000 de pixels vos yeux déraillent… Je sais que vous regardez attentivement ce que je viens de rédiger.

 

Avant, c’était mieux.

 

le Dungeon Crawler est un genre en perdition depuis quelques années. Je ne parle évidemment pas des jeux qui empruntent la mécanique pour nous offrir un contenu 2D ou 3D très polish, mais bien des jeux qui se contentent de faire les « choses à l’ancienne ». Vous connaissez sans doute l’histoire de la soupe et de la vieille marmite…

Pour la petite histoire, sachez que Stranger of Sword City était déjà sorti sur nos contrées en 2016, sur la console portable de SONY, la PS VITA. D’où l’appellation « Revisited ».  Pour Saviors of Sapphire Wings par contre, le jeu n’a jamais dépassé la frontière nippone. On peut donc considérer que cette proposition n’est pas seulement un remake fade et sans intérêt, mais bien une nouveauté pour la console semi-portable de NINTENDO (et PC).

Et avant d’aller plus loin, dites-vous que ces deux jeux sont très similaires dans leur approche. En vrai, il s’agit du même jeu mais avec une histoire différente. Donc si vous bloquez sur l’un, inutile de faire le deuxième.

« J’ai battu le dernier boss de Dark Soul » vous vous dites. « Rien ne peut m’arrêter » vous pensez. Bien que j’admire votre courage, le genre du « Dungeon Crawler » à l’ancienne est ultra niche (et ultra moche); Ici, la difficulté n’est pas vraiment un problème. C’est le genre de jeu tout entier qui pourrait vous faire perdre patience.

 

Miaou…

 

Avancer, case par case dans un labyrinthe d’une laideur sans nom ne vous fait pas peur ? Affronter encore et encore les mêmes bestioles pour gagner en niveau et pouvoir (enfin) battre le BOSS de la zone vous convient ? Ha et aussi, l’anglais ne vous effraie pas ? Alors félicitations ! Vous venez de passer le test pour être apte à jouer à SSW/SSC !

 

Le décor est planté, parlons brièvement du scénario. L’histoire de SSW se veut très classique. Vous êtes mort face au gros méchant pas beau et 100 ans plus tard vous renaissez (ce qui excuse une très légère création d’avatar) pour reformer votre ordre (les chevaliers de la table ronde en gros) et aller lui défoncer la gueule ! Pour SSC, les fondations ne sont pas bien plus compliquées. Si ce n’est que l’ambiance se veut plus futuriste, alors que dans le premier, nous sommes face à un univers fantastique.

Ce qui est drôle, c’est que les sprites (mobs) sont identiques dans les deux jeux. Bien que légèrement plus retravaillés dans le deuxième. Les Japonais aiment la quantité, ne l’oublions pas ! Si un modèle fonctionne, créons-en 1000 autres en changeant les couleurs ! Ce sera suffisant pour être vendeur… au Japon. C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison que les deux titres sont proposés en COMBO. L’Europe, elle, a besoin de changement et de révolution ! Nous sommes si différents…

Personnellement, je me suis plus attardée sur SAVIORS OF SAPPHIRE WINGS; Faute de temps.

 

 

La compilation a une durée de vie colossale et c’est tant mieux, car pour 49,99€ vous en aurez (au moins) pour votre argent ! Mais bien sur, que vous soyez puriste du genre ou non, vous cherchez certainement la QUALITÉ. Ça tombe bien, j’ai de très bonnes choses à vous apprendre…

Le système de jeu est très simple. Vous disposez d’un HUB (votre vaisseau) dans lequel vous aurez plusieurs petites choses à faire avant de partir en mission. Cuisiner, balayer, astiquer… Pardon. je m’emporte.

La cuisine fait réellement partie du jeu, du moins dans SSW. Votre Cellier sera l’endroit où vous pourrez faire fondre vos armes et armures inutiles, stocker vos provisions et enfin CUISINER des petits plats raffinés, voir de la grosse cuissarde de monstre gluant. Le jeu appelle ça de l’alchimie. Faut dire que les mélanges sont parfois bizarres…

Une fois dans votre stock, ces mets seront utiles pour appâter des monstres à coffre dans les nombreux labyrinthe ET pour séduire vos compagnons... Ha, je vous l’ai pas dit? Vous ne serez pas seul dans votre aventure. Car plusieurs compagnons (que vous découvrirez assez vite) viendront se greffer à votre ceinture. Ils sont pratiques mais gourmands ! Et veillez à leur donner ce qu’ils aiment, sous peine qu’ils fassent la tronche et vous aident moins en combat.

Au sein du HUB, vous pourrez également papoter avec vos potes d’aventure pour vous faire un peu aimer dans ce monde cruel et aussi accepter diverses missions. C’est à partir de là que les phases d’actions commencent.

 

A la fois Visual Novel et Dungeon Crawler.

 

C’est la grande force du jeu, selon moi. Bien qu’authentique, le jeu est un joyeux mélange des deux genres. Sauf si vous êtes totalement anglophobe (car aucune traduction FR), vous apprécierez sans doute l’effort mis dans les nombreuses phases de dialogues. Que ce soit pendant une quête ou au sein du HUB. Il y a beaucoup de blabla (ça, on a l’habitude avec les jeux JAP) mais ce blabla est presque intéressant. Cela vous permet d’en apprendre plus sur vos compagnons et d’augmenter votre affinité avec eux.

Cette affinité sera OBLIGATOIRE pour avoir une bonne stat d‘UNION. Une fois en COMBAT, cette UNION vous permettra  d’utiliser des compétences uniques pour terrasser un ennemi puissant ou fuir une situation désastreuse. Du coup, cuisiner deux trois conneries et écouter leurs histoires en donnant judicieusement votre avis sans les vexer, s’avère être très pratique.

 

Avec une touche de choix multiples.

 

La complexité du titre est là, pour vous garantir une complicité infaillible avec vos compagnons (et donc un bon score d’UNION); Vous allez devoir faire preuve d’écoute en vous intéressant quelque peu à ce que ces braves personnages (qui heureusement sont franchement charismatiques) ont à dire. Répondre juste à l’une de leur interrogation ou leur offrir leur plat préféré (concocté avec amour) sera d’une grande aide dans votre démarche de l’amitié absolue. D’ailleurs, la petite gnome hyperactive ADORE L’ALCOOL ! Ce conseil est gratuit…

De plus, vous aurez la possibilité de customiser (le mot est un peu fort, je m’en excuse) vos compagnons, ainsi que de choisir leur classe et de répartir leurs points de niveau. Ceci vous permettra de concevoir l’équipe parfaite, selon vous. J’ai déjà peur de ce que vont nous pondre les fans du Donjon de Naheulbeuk…Et NON, y’a pas de Boobs ! Pas vraiment….

En tous cas si votre choix ne vous convient pas, pas de panique, via le HUB vous pouvez changer de skin et de classe QUAND VOUS VOULEZ. Woaw ! Je ne me sentais déjà plus parce qu’ils m’appellent « MASTER » mais avec le pouvoir de Cristina Cordula (les reines du shopping) en plus, je n’ai plus de limite à mon pouvoir.

 

 

Une fois prête, l’équipe peut partir en quête !

 

Tous ces détails sentimentaux réglés, ainsi qu’un petit tour dans votre stuff pour équiper correctement toute votre équipe; Il est temps de se poser au sol, dans l’une des régions ciblées, pour écouter ce que la population locale a comme ennuis.

Ha bah oui, vous ne pensez quand même pas pouvoir affronter le gros méchant pas beau tout de suite ? Vous allez devoir parcourir la MAP, zone après zone, pour acquérir assez de pouvoir et avoir une micro chance de le vaincre.

Après un débrief rapide mais intense des êtres vivants en surface, ainsi que la possibilité de remplir vos poches de potions et bombes en tout genre via le petit épicier régional, le jeu vous propose d’entrer dans sa phase « Dungeon Crawler« .

 

 

Chaque zone sera différente, c’est tant mieux car en plus d’être très laide, vous allez devoir y rester un moment. Il faudra dégommer la moindre bestiole qui se dressera contre vous pour gagner en puissance et avancer au fur et à mesure jusqu’au moment où votre équipe sera HS (plus de PV quoi). Là, il faudra retourner dans le village pour récupérer instantanément votre vie. Pratique !

Ce qui est encore plus pratique, c’est la possibilité de sauvegarder n’importe quand et de se déplacer rapidement. Je ne parle pas de téléportation mais d’accélération. La MAP du labyrinthe étant scindée en petits carrés, il suffit d’en sélectionner un et de demander au jeu de vous déplacer jusque-là. Votre héros consomme quelque chose de l’équivalent de 100 Redbull et accélère comme un taré pour atteindre la destination. Ce qui ne vous empêche en rien de tomber nez à nez avec un ennemi… Les rencontres aléatoires…Un délice des temps anciens !

 

Mesdames et Messieurs… la MAP !

Chaque zone, son boss.

 

Peu importe ce qui vous amène dans une zone, sachez que vous aurez systématiquement des rencontres aléatoires, des leurres à placer (pour attirer des monstres à coffre) et un ou plusieurs BOSS. Si vous mourrez trop vite, c’est que vous n’êtes pas prêts. Dégommez tout ce qui bouge, montez de niveau, équipez-vous mieux et revenez plus tard. Vous n’en ferez qu’une bouchée.

Le titre nous offre même quelques variations, comme des passages secrets ou des coffres mystérieux qu’il faudra débloquer avec l’aide de quelque chose ou quelqu’un…

Nos compagnons pourront également, de temps à autre, vous demandez d‘investiguer (petit outil pratique, représenté par une loupe) à un endroit en particulier pour y trouver des potions et du stuff.

 

En combat, c’est Unis-toi ou crève.

 

 

L’importance de votre UNION se fera ressentir lors des combats, surtout des combats importants. Cette phase de GAMEPLAY est très simple, nous sommes sur du tour par tour. Les ennemis peuvent se déplacer, se camoufler et nous on peut faire appel à la force de l’amour… Partouze Power !

Chaque compagnon (tout comme votre héros) aura plusieurs options de combat. Celles-ci dépendront de la classe choisie. Attaque simple, protection, utilisation de sort et de skills ou encore utilisation de potion préalablement craftée ou achetée. Il sera important de tirer parti de toutes les caractéristiques de l’équipe pour vous défaire d’une situation pouvant vite tourner au désastre.

Petit coup de cœur pour le skill ‘CHARM’ de la classe druide. Elle permet d’envouter les ennemis pour qu’ils combattent à vos cotés… stylé  et pratique !

Enfin, si une situation vous dépasse trop, utilisez vos points d’UNION (qui augmentent en fonction de vos affinités avec vos compagnons) pour taper fort ! Ou fuir dans un flash aveuglant…. Vous verrez, vous serez content d’avoir picolé avec la gnome hyperactive et ce , malgré la gueule de bois du lendemain.

 

Et SSC alors ?

 

 

Nous sommes ici dans un univers bien plus futuriste et en perdition. Les deux univers se rejoignent sans vraiment se ressembler, ce sera alors à votre appréciation personnelle de décider lequel vous préférez. Notons toutefois une plus jolie maitrise des sprites (bien que ce soit exactement les mêmes monstres, à quelques variations près).

Hormis le fait que l’aspect Tamagochi et le besoin constant de gérer l’affinité de ses compagnons aient disparu; le jeu est fort semblable. Il propose toutefois un plus large choix de customisation pour votre héros, ainsi qu’un système de CARTES à collectionner dès que vous tuez un ennemi. Haaa, les Deck Builder Fachistes m’ont entendu… FUYEZ !

Bon, en vrai, ce n’est pas exactement ça. Le jeu vous propose de découvrir des quêtes de chasse aux montres, via un système de rumeurs qu’il vous faudra trouver. Ensuite, une fois le monstre trouvé dans le labyrinthe, le tuer vous fera apparaître une jolie carte bien stylée comme on les aime. Malheureusement ce sentiment est éphémère car impossible de la retrouver après. Désolée de vous décevoir, c’est un jeu de 2016 quand même… cette fonctionnalité s’appelle « Lineage », un rapport avec votre montée en puissance sans doute…

 

Sachez qu’avec ce combo de jeu tout-en-un vous en aurez réellement pour votre temps ! Même si au début, on se sent quelque peu rebuté par les fonctionnalités vieillissantes, les jeux sont agréables à parcourir et on prend vite le pli.

GO CHASSER DES MONSTRES !

 

ヽ(゚Д゚)ノ

 

 

 

Et pour les collectionneurs, il existe une version collector

 

Missa Chan
Missa Chan

Casse-noisette professionnelle, psychopathe du text-smiley et adore chercher l’info qui fâche pour mieux remuer le couteau dans la plaie.

I should go =͟͟͞͞( ✌°∀° )☛

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This