ARISEN – Chronicles of Var’Nagal

 

MA…MA…RATUS !

Si ce nom ne vous dit rien c’est dommage car vous passez à côté d’un studio indépendant Carolo (Belgique). Attention, la fierté bouillonne déjà dans mes veines.

WIKIPEDIA

Maratus est un genre d’araignées aranéomorphes de la famille des Salticidae. Ces araignées sauteuses sont appelées Araignées-paons.

On ignore WIKI et on bombe le torse en oubliant surtout pas de dire merci à votre auteur qui rattrape votre culture à coup de pioche, tel un mineur récoltant son charbon !

 

 

Approchons de plus près ce minerai que je viens de trouver ; Le studio fît ses débuts en 2019 à travers quelques Gamejams, pour finalement se décider à travailler sur un projet plus gros, basé sur l’univers d’Anaïs (Scénariste du studio) : Var’Nagal. En été de la même année, l’équipe présente un prototype du jeu à la Gamescom ainsi qu’à la Japan Expo. Il n’en a pas fallu plus pour motiver ces braves gens, malgré la crise COVID, à créer officiellement MARATUS (en Avril 2020) et lancer par la même occasion, la démo gratuite d’ARISEN sur Steam.

 

La team

 

Qui n’a jamais rêvé d’être un esclave ?

 

ARISEN est donc totalement accessible à qui le souhaite, du moins, pour les premières minutes de jeu. Ce qui vous laisse assez de temps pour admirer le travail accompli. Notamment sur la patte graphique, l’ambiance et surtout l’écriture.

Si je devais le qualifier, je dirais qu’il s’agit (à l’heure de l’alpha) d’un visuel novel sans tout le tralala Japonisant. Oui, il y a beaucoup de textes. L’univers est complexe, lugubre, froid et à la fois accrocheur ; L’équipe ayant misé sur une technique 2D et des images -fixes-, les phrases très détaillées nous permettent de comprendre les situations dans lesquelles nous sommes à chaque fois.

Mais parler d’image fixe est un peu mentir car les yeux (et les bouches) des personnages bougent et se dirigent souvent vers vous, ce qui vous donnera l’impression de participer réellement à la scène.

 

Alors oui Dylan, si t’aimes pas lire, oublie ARISEN. Mais ce serait dommage de ne pas se laisser immerger dans l’ambiance presque poliment glauque de ce soft et d’y découvrir sa mécanique de gameplay. Car oui, du gameplay il y a !

Le jeu nous offre un système de cartes, tellement jolies qu’elles me font vaguement penser à ce que l’on pouvait trouver dans Dragon Age Inquisition, ces cartes nous donnent l’opportunité de choisir notre émotion en fonction des situations. Ainsi, nous pourrons répondre avec tristesse ou avec rage à l’approche désespérée de notre copain de cage. J’aime pas les pleurnicheuses, moi.

On ignore encore beaucoup du titre qui garde une grande partie de mystère mais on ose espérer un choix très variés de cartes pour appréhender toutes les situations, le codex des cartes semble tout indiquer en ce sens.

D’ailleurs, le studio a lancé sa campagne KICKSTARTER et espère récolter la somme de 30 000€ pour parfaire leur jeu, y ajouter du contenu, varier les décors et surtout apporter la Carolo touch ultime qui fera d’Arisen, un jeu à marquer les mémoires.

 

Les détails que j’♥

 

Qui dit Alpha, dit forcément que le jeu est encore loin de son contenu final. On ne peut dès lors que rêvasser en tentant de décoder ce que les devs nous offrent dans la démo. Ainsi, en début de partie, on nous laisse le choix d’incarner un homme ou une femme. L’idée est absolument merveilleuse, d’autant plus qu’on peut choisir le pronom « IL » en étant une femme. Chacun se doit de vivre sa propre aventure et d’assumer ses…émotions ; Une création avancée du protagoniste est peut-être à envisager…

Le fait d’incarner un esclave est presque « classique ». le principe de commencer très bas pour finir plus haut est une technique très connue par les scénaristes JV. Mais Arisen va plus loin dans sa démarche. Il insiste sur notre statut de basse classe. Parvenant ainsi à nous faire ressentir de la colère ou de la peine (pour les plus fragiles). C’est alors qu’on réalise que la technique des CARTES émotionnelles sera bien utile pour décider de notre sort. Le jeu joue avec nos émotions réelles et en fait une mécanique à part entière, Chapeau !

On ose même se demander s’ils n’iront pas jusqu’à nous faire curer le sol ou frotter les bottes sales des nobles… Sait-on jamais. Un mini-jeu est vite arrivé.

 

 

La peur, la tristesse, la rage sont des émotions bien communes. Mais l’aperçu que nous offre la démo sur le nombres de cartes à collecter est énorme. Avons-nous autant d’émotions que ça ? Dans tous les cas, MARATUS s’apprête certainement à nous en apprendre plus sur nous même. Peut-être avons-nous des émotions cachées …

Mieux, il semblerait que d’autres mécaniques de jeu sont envisagées pour le titre (voir la description du Kickstater) et je ne suis pas une fan incontestée des licences Bioware pour rien ! Lorsque je vois que les ROMANCES sont au programme, mon cœur palpite telle une casserole d’eau chaude sur feu doux! Il y aura plusieurs PNJ romançables, certains seront hétérosexuels, d’autres homosexuels ou bisexuels. Ce qui permettra à chacun d’aimer qui il souhaite. La communauté LGBT sera contente ! Et moi aussi…

 

 

Je ne t’aime pas encore, mais ça viendra

 

A l’heure actuelle, il est important de prendre l’alpha du jeu telle qu’elle est aujourd’hui. ARISEN est en cours de développement, ce qui signifie qu’il y a encore beaucoup à faire ! Mais le jeu se montre sur une très bonne voie. Personnellement je suis impatiente d’en découvrir d’avantage et de me remettre dans la peau crasseuse d’un humain affaibli qui tentera de conquérir sa propre vie.

 

Je vous invite à tester la démo du jeu sur STEAM et à envoyer vos retours aux développeurs ! N’oubliez pas de soutenir les studios indépendants, ils ont besoin de nous et de nos retours pour persister !

 

!(•̀ᴗ•́)و ̑̑

LIEN STEAM

LIEN KICKSTARTER

https://www.maratusgames.com/

 

 

Missa Chan
Missa Chan

Casse-noisette professionnelle, psychopathe du text-smiley et adore chercher l’info qui fâche pour mieux remuer le couteau dans la plaie.

I should go =͟͟͞͞( ✌°∀° )☛

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This