IMMORTALS: Fenyx Rising

 

 

Quel nom à rallonge pour un titre qui devait à l’origine s’appeler tout simplement « God & Monsters ». On aime s’imaginer ces ados pré-pubères du 38, dans la cour de récré, débattre si « Rising » se prononce « rAÏsing » ou « risink ».  Et pour les adultes ? Ho bah, ils ne joueront pas à ce jeu. Vous savez, c’est coloré, mignon à souhait. Il y a même des crabes qui font « pouic pouic ». Ce nouveau titre d’Ubisoft est destiné à un public jeune et insouciant, c’est tellement évident.

 

Aïe, ça doit faire mal.

Mais comme dirait Lionnel Astier : «  J’déconne ! »

 

Les blagues les plus courtes étant les meilleures, vous êtes ici pour en savoir plus sur le nouveau jeu d’Ubisoft Quebec. L’équipe derrière le bien jugé « AC : Odyssey » . Tellement passionnés par la mythologie grecque qu’ils nous pondent une toute nouvelle licence blinquante, mais en plus fun. Si si, je vous assure.

Le pitch est simple et fonctionnel. Vous êtes un porte-bouclier (un héros créé sur-mesure par vos soins. Sauf pour le nom « Fenyx », ça, vous devez vous le coltiner et c’est moins cool que « Shepard », faut le dire). Vous devez aider les Dieux à retrouver leur « jeunesse » (et optionnellement leur pouvoir) pour défoncer Typhon, le sac à merde qui a foutu le brin (caca) dans l’Olympe.

C’est grossier, mais l’histoire se résume vraiment à ça. Heureusement, c’est pas le plus marquant ! Ha non, le plus marquant c’est que l’aventure est soutenue par deux voix off qui narrent VOTRE histoire, pendant votre périple. Pour être original, c’est couillu !

Zeus et Promethée, respectivement, le narcissique qui hait les humains et le Titan qui a tenté de les aider mais du coup, s’est fait enchaîné sur un mont enneigé par le grand barbu ; ont une petite conversation sur l’avenir… du monde. Entendre la voix de Lionnel Astier (Kaamelott) dans le rôle de Zeus est tout bonnement jouissif. Certes, les blagues sont nulles, mais bordel qu’est-ce que c’est bon. Le jeu insiste sur son millième de degré et joue la carte de l’humour lourdingue jusqu’au bout. Alors oui, parfois on manque un peu d’épique, mais ça fait tellement de bien aux neurones qui entrent dès lors en phase de déconnexion totale. Merci Lionnel. Merci Ubisoft.

 

C’est pas bien de montrer du doigt !

 

 

Une fois que vous avez réellement compris dans quel univers vous mettez les pieds, ne vous laissez surtout pas avoir par le côté « gentillet » du titre. Les belles couleurs vives cachent une difficulté bien dosée, qui demanderont de la réflexion, des bons réflexes et de la patience.

Lâché sur cette CARTE, vous pouvez Planer dans les airs (comme dans ZELDA BREATH OF THE WILD) Grimper sur n’importe quelle surface (comme dans ZELDA BREATH OF THE WILD) Nager vers les fonds marins (comme dans ZELDA BREATH OF THE WILD) et même Galoper sur des montures trop mimis, qu’il faudra d’abord apprivoiser (comme….ok). Oui, on l’a TOUS compris à force de l’avoir lu et entendu, le jeu emprunte beaucoup du titre de Nintendo mais c’est pour un bien, croyez-moi. L’univers mythologique s’y prête très bien et sans ces possibilités de gameplay, le soft n’aurait pas la même intensité.

 

Et on consomme des champis, ça aussi ça fait ZBOTW ??

Maintenant que LINK a débattu sa place de leader, FENYX peut retourner faire ses quêtes

 

La trame principale n’est pas très longue, à chaque DIEU aidé vous récoltez un badge (un peu comme dans POKEMON) et quelques facultés divines supplémentaires, ce qui vous sera d’une grande aide car le jeu regorge de choses à faire. Entre les Cryptes, des coffres, les défis, les puzzles, les lyres Fenyx trouve toujours une petite activité à faire dans une carte à la grandeur très correcte (vous savez ce qu’on dit…. HO Lionnel, sort!)

Et puis, comme c’est cool de faire attendre les DIEUX Jmelapète, FENYX s’adonnera à une série de missions annexes quotidiennes, qui seront disponibles depuis le HUB (ha ben oui, vous avez un HUB). Ces missions, une fois réalisées, vous donneront une monnaie à échanger avec Hermès (le Dieu des voleurs) contre une série de choses dans sa boutique du blacknet mythologique. Et si vous êtes du genre branché et tuné, le jeu dispose d’une boutique officielle remplie de choses qui brillent, comme des armures chères et des armes chères.

Au sein de votre HUB (le Mont Olympe, rien que ça) vous pourrez améliorer votre santé, votre endurance, vos armes et armures, faire des potions et vous faire une petite coupe… De cheveux. Pas de vin malheureusement. Fenyx ne picole que des trucs chelous. Ca doit d’ailleurs être pour ça qu’elle surjoue à mort par moment, elle est défoncée ouesh.

 

Il est agréable de piquer la foudre de Zeus pour augmenter son endurance.

 

C’est quand qu’on s’marre ?

 

Ha ben maintenant. Une fois la partie de la carte dévoilée avec une reconnaissance digne d’AC ; vous vous envolez vers… Ce que vous voulez. Le jeu est très libre et vous laisse explorer la région comme bon vous semble. Si une zone est trop dure pour vous, le jeu vous l’indique simplement et très poliment, par le biais d’un texte. FENYX étant une conteuse, elle sait lire… En théorie. Et si vous voulez tenter d’affronter un boss épique badass parce que vous n’en avez rien à foutre de rien… Paix à votre âme.

FENYX n’est pas une combattante, pourtant elle manie particulièrement bien les armes. En combat, nous sommes face à un gameplay classique mais dynamique et quelques moments de réflexions s’imposent parfois pour réussir à transformer en tzatziki le moindre ennemi.

 

Même les poulets sont violents dans ce monde de brutes !

 

Le héros dispose de plusieurs capacités très utiles :

  • Une épée (attaque rapide)
  • Une hache (attaque lourde)
  • Un arc (flèche normale ou flèche d’Apollon, très pratique pour viser les fesses)
  • Les Brassards d’Héraclès (permet de soulever des objets et faire de la moussaka de centaure)
  • Esquive
  • Parade
  • Pouvoirs Divins

Certaines attaques ennemies ne pourront pas être parées et si elles vous touchent, vous perdez beaucoup, beaucoup de vie (j’ai joué en normal). Pour s’aider, Fenyx pourra consommer des potions qui la/le rendront plus fort(e) ou/et augmenteront les dégâts. Ce système est simple mais très efficace. 4 types de potions sont disponibles et utilisables à l’aide d’une simple pression sur la bonne croix directionnelle. Ces potions devront être craftées et améliorées grâce à vos récoltes. Endurance, vie, augmentation de l’attaque et de la défense. Alors un conseil… Récoltez tout ce que vous pouvez.

L’endurance diminue à chaque esquive, parade, ou utilisation de pouvoirs divins. Il faudra donc bien jouer avec vos compétences et votre équipement pour venir à bout des monstres. Chacun d’entre eux dispose d’un patern unique. La réussite des combats est toujours très satisfaisante, non pas uniquement grâce aux effets pêchus et ultra colorés qui vous explosent au visage mais c’est  surtout qu’il y a toujours un coffre ou un objet unique à proximité.

Plus Fenyx évolue plus elle/il dispose de nouvelles compétences et combos. Certaines d’entre elles sont déblocables avec des pièces de charon, monnaie obtenue en accomplissant des défis mystiques.

 

Et plus vite elle/il peut défoncer ces poulets de malheur !

La foire des mini jeux

 

Si l’histoire de IMMORTALS : FENYX RISING, qu’on appellera dorénavant IFR car j’en ai plein le *** d’écrire ce titre, est pas mal sans être excellente, la jeu nous offre tellement de petites choses annexes à faire qu’au bout de 10heures de jeu, on est encore loin d’avoir fait le tour.

Entre les coffres, soit gardés par un BOSS, soit enfermés dans une pièce qu’il faudra débloquée grâce à un puzzle bien pensé. Les défis mystiques, qui vous demanderont de jouer de la lyre ou faire une course relais dans les cieux. Les ambroisies (permettant d’augmenter votre santé) à aller chercher au sommet les plus dangereux, ou encore la pêche au canard mystique... Non, pour celle là j’déconne. Fenyx n’aura franchement pas le temps de s’ennuyer. Surtout que les puzzles sont nombreux et pas toujours simples. C’est tant mieux, ça nous donne l’impression d’être malin !

Au delà de ça, l’histoire principale nous conte les plus grands récits de la mythologie grecque. Si vous avez séché vos cours d’histoire à l’école, c’est votre séance de rattrapage. Car malgré quelques libertés prises et certaines lourdeurs d’explication qui font qu’on ne comprend pas toujours tout, la mythologie c’est plutôt cool ! On s’y plait à en apprendre d’avantage et à savoir, par exemple, avec qui Aphrodite a encore couché pour avoir ce qu’elle voulait.

 

A mon avis, il a du se passer quelque chose de grave…

Mieux qu’AC : Valhalla ?

 

Ben…. c’est différent. Mais au vu des bugs à répétition que LE titre phare d’UBISOFT du moment possède. Je vous conseillerais de vous laisser planer dans les airs de IFR, juste le temps de laisser les grands finir leur boulot. Car il se pourrait que vous vous y plaisez. Les vikings peuvent bien attendre, non?

UBISOFT QUEBEC nous offre un titre FINI et COMPLET, sans bugs d’aucune sorte. De plus, 3 DLCS sont déjà prévu pour la suite de l’aventure.

 

On peut même avoir une monture licorne !

Les petites choses dont on ne parle jamais et que j’ai apprécié

 

  • Le coté « pas sérieux » du titre
  • Les temps de chargement (lors des entrées et sorties de Crypte) déguisés en shoot’em’up du pauvre
  • La possibilité de personnaliser l’apparence des armures
  • La découverte des pouvoirs au fur et à mesure de l’histoire
  • Le mode photo qui permet de faire des arrêts sur image pendant les combats
  • Le plaisir d’apprivoiser une monture

 

Ca, c’est une révérence ! Merci!

 

IMMORTALS : FENYX RISING (Ouais, je l’ai écrit une fois de plus) est disponible sur PS4, PS5, XBOX ONE, XBOX SERIE X, SWITCH et PC

 

Missa Chan
Missa Chan

Casse-noisette professionnelle, psychopathe du text-smiley et adore chercher l’info qui fâche pour mieux remuer le couteau dans la plaie.

I should go =͟͟͞͞( ✌°∀° )☛

Nous sommes en direct !
Actuellement hors ligne
Shares
Share This