Les mesures s’assouplissent, on peut désormais inviter Tonton Jacques et notre cousin préféré à la maison pour une bonne raclette des familles. Hourra ! Sauf que là, catastrophe, votre distributeur d’Internet déconne, vous n’êtes plus relié au monde alors que vous vous faisiez une joie de faire une partie sur Rocket League avec le cousin.

Malheur de monde connecté, qu’allons-nous faire pour nous occuper pendant que tonton raconte ses derniers exploits de jardinage au reste de la famille ?

2 Solutions s’offrent à vous

 

Sortir la vieille N64 poussiéreuse et croiser les doigts qu’elle fonctionne encore après tant d’années à dormir au grenier.

OU

Trouver un jeu récent avec une bonne grosse couche de vintage qui nous offre la possibilité de faire des versus fighting sans la moindre connexion Internet.

 

 

Je vous propose, dans cet article, de nous arrêter sur la deuxième solution pour vous parler d’un jeu bien connu appelé WINDJAMMERS. A la base sorti sur borne d’arcade et sur Neo-Geo en 1994, puis plus tard sur Wii en 2010. WINDJAMMERS est un jeu de Versus Fighting pas comme les autres, puisque vous ne combattez pas au sens le plus pure du terme.Vous jouez au frisbee. Voilà un beau raccourci tout trouvé pour résumer grossièrement le jeu tiens donc.

 

Version de 1994.

 

Pour suivre l’émoi des collectionneurs, bien plus tard, Limited Run édita une version du titre original en boîte pour la Playstation 4, ainsi qu’en collector. Il portait le numéro #22 pour les connaisseurs… Le jeu a du coup refait parler de lui des années après sa sortie. Et si vous essayez d’en trouver une version, bonne chance ! Vous en aurez besoin.

 

 

C’est alors que DotEmu a voulu surfer sur la vague du succès du titre, en proposant purement et simplement une suite. WINDJAMMERS 2 a alors vu le jour. Proposé sur PC, Playstation, Xbox, Stadia et Switch; Le jeu reprend les mêmes mécaniques que son ancêtre avec un lifting absolument merveilleux.

 

Je n’ai personnellement pas joué au premier volet, trop occupée à attraper des Pokémons sur la version rouge de la GameBoy. Mais du peu que j’en ai observé, les deux titres semblent parfaitement identiques. Les personnages ont subi un beau lifting (un peu de botox par-ci et de réduction mammaire par-là) tout comme les terrains de jeux qui s’annoncent dans ce dernier volet, plutôt variés.

Du coup, parlons de celui qui nous intéresse et qui a fait sauter de joie notre cousin préféré, vous imaginez.

 

WINDJAMMERS 2 dispose de 3 modes de jeu.

 

Le SOLOqui est en fait le mode arcade. Comme tout bon jeu de baston, vous affrontez ennemis après ennemis dans un ordre hasardeux. Vous pouvez échouer une fois avant le célèbre GAMER OVER qui vous demandera de tout recommencer. Cependant vous accumulerez de la monnaie en chemin, ce qui augmentera votre niveau d’expérience, classe ! des « Bonus stages » ramassage de frisbees viendront également pimenter le tout, comme à l’époque.

Le MULTI – en ligne. Vous jouez contre des mecs balèzes et de temps en temps vous tombez sur un nul. Tout est une question de chance à ce niveau.

Le MULTI – local. Le mode préféré du cousin. Pour des pures parties d’étripage en famille.

Et c’est tout.

Oui, le jeu va à l’essentiel, on s’emmerde pas avec les détails. Même le tutoriel proposé ne vous permet pas de prendre en mains les nombreux personnages et leurs techniques variées. Vous aurez droit à un schéma explicatif et bonne chance pour la suite !

 

Et si t’as pas compris, tant pis.

 

En fait, il vous faudra essayer chaque personnage en mode arcade pour apprendre à les connaître et à maîtriser leurs techniques. L’apprentissage se fait donc à l’ancienne et vous demandera de vous rétamer plusieurs fois avant de capter toutes les subtilités du jeu.

Ou alors, vous pouvez toujours abuser de la techniques ultime Jappuiesurtouslesboutonsetonverrabiencequisepasse, peut-être que L. Biaggi finira par lancer des spaghettis.

 

Et non, l’Italien n’est pas moustachu.

 

Même si finalement on arrive vite au bout des techniques de chaque personnage, le jeu est tellement dynamique et coloré que cela devient presque addictif. Bien sur, il faudra prendre patience au début et persévérer. Car bien que sa mécanique est sommaire, il faudra redoubler de réflexes et de perception pour gagner face à ses dangereux adversaires aux tactiques très variées et parfois ultra perçantes.

 

Dangereux ET flippant.

OK mais comment ça marche concrètement ?

 

Vous choisissez votre mode de jeu, votre personnage et vous affrontez tour à tour les adversaires tous plus loufoques les uns que les autres. Un timer vous fout une pression de dingue et sachez que TOUS les frisbees sont rattrapables. Un frisbee qui atteint le filet c’est 3 ou 5 points (en fonction de la tactique), un frisbee non rattrapé et tombé au sol c’est 2 points pour l’adversaire.

 

Il y a deux façons de conclure un match: Soit un joueur arrive à 15 points soit le timer est à zéro et c’est celui qui a le plus de points qui l’emporte.

Pour y arriver, toutes les techniques sont bonnes. Passe vicieuse, glissade, frappe supersonique puissante… Le jeu vous permet très rapidement de prendre plaisir à jouer à ses matchs rapides et c’est un must !

 

 

Gameplay simple mais addictif, cette phrase pourrait résumer à elle seule le plaisir de jeu. Mais pas que, puisqu’il faut le rappeler rares sont les jeux qui proposent un multijoueur local. Souvent oublié au détriment du Multi Online, le local ça fait plaisir, surtout quand on achète un pack Playstaiton avec deux manettes. Faut bien que ça serve à quelque chose, non?

Il est toutefois important de notifier qu’il vous faudra bien choisir votre adversaire. Car WINDJAMMERS, bien qu’il permet des petites parties rapides remplies de plaisir, est frustrant. Ca va vite, ça virevolte dans tous les sens et il faut avoir le cœur quelque peu accroché pour supporter les millions de pixels qui vous éclatent aux yeux.

 

Rapide, je vous l’ai dit.

 

 

Pour 19,99€, votre cousin me dira merci.

( ͡° ͜ʖ ͡°)

 

 

Missa Chan
Missa Chan

Casse-noisette professionnelle, psychopathe du text-smiley et adore chercher l’info qui fâche pour mieux remuer le couteau dans la plaie.

I should go =͟͟͞͞( ✌°∀° )☛

Shares
Share This