TEST : RULE OF ROSE

1

Date de Sortie : 23 Novembre 2006

Disponible sur : PS2 uniquement (~ 80€ en occasion et ~ 150€ en neuf)

S’il y a bien un titre qui a été controversé sur notre bonne veille PS2 c’est RULE OF ROSE. En effet, PUNCHLINE nous avait livré à l’époque un titre à l’ambiance unique, traumatisante, ayant le pouvoir de mettre mal à l’aise le joueur.

Atmosphère! Atmosphère ! Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ?

On peut le dire d’entrée, l’énorme gros point for de RULE OF ROSE est justement son atmosphère.

Après une cinématique glauque à souhait, nous découvrons notre jeune Jennifer descendant d’un bus pour poursuivre un petit garçon. Suivant un petit chemin dans l’obscurité, notre jeune héroïne arrive vers une vielle bâtisse…

Bien que le début du jeu fasse énormément penser à celui de SILENT HILL 2, il n’en est rien pour le reste du déroulement de l’aventure. Une ambiance très année 30, plutôt malsaine, est ici mise en avant. Nous sommes bien dans un SURVIVAL HORROR.

2 3

Destination : Enfer

La mise en scène de RULE OF ROSE est présentée de manière à nous faire hésiter sur ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

C’est seulement après avoir retrouvé le petit garçon mystérieux que l’aventure infernale prend son vrai départ. Jennifer se retrouve poussée dans un cercueil et ensuite transportée par une petite bande d’enfants tous plus bizarres les uns que les autres.

C’est dans un lieu insolite que l’histoire va se dérouler, un énorme dirigeable flottant, voilà qui n’est pas courant. Vous y rencontrerez donc le club des Aristocrates du crayon rouge. Ce dernier est composé de Amanda, Eleanor, Wendy, Diana, Meg et par défaut notre petite Jennifer.

L’appartenance forcée à ce nouveau club vous obligera à vous plier à certaines règles et aux bons vouloirs des jeunes demoiselles présidant cette petite secte.

4 5

Un cadeau sinon rien

Pour votre entrée dans le club des Aristocrates du crayon rouge, votre premier objectif sera de trouver un cadeau mensuel. Ce dernier étant nécessaire pour l’ouverture de la porte menant à votre nouveau groupe.

Dans l’aventure, vous pourrez compter sur Brown, un petit compagnon canin qui vous suivra tout au long du jeu une fois que vous l’aurez délivré. En effet, Brown fait partie intégrante du GAMEPLAY. Il vous permettra de pister des objets ou endroits en lui faisant renifler les divers éléments trouvés dans le jeu. Il vous aidera aussi à ralentir certains ennemis en leur mordant les mollets. Bref, votre nouvel ami fait vraiment office de carte vivante dans le jeu.

Tous les objets trouvés pourront être stockés dans votre inventaire personnel, mais lorsque celui-ci sera complet vous pourrez vous délester de certains éléments dans les poubelles présentes ça et là.

Ce système rappelle bien sur les fameux coffres de RESIDENT EVIL. En effet, l’univers de RULES OF ROSE est totalement déjanté… les épouvantails composés d’un balai et d’un seau vous serviront de point de sauvegarde. Bizarre, vous avez dit bizarre…

6 7

Et au niveau du GAMEPLAY ?

Bien que l’ambiance et le scénario de RULE OF ROSE soient clairement ses points forts, ce n’est pas du tout le cas de son GAMEPLAY.

En effet, ce dernier est vraiment très rigide. Les phases de combats sont clairement un calvaire tellement tout cela est approximatif. Il n’est pas rare de frapper à coté des ennemis et que ces derniers nous blessent sans pouvoir rien y faire.

8 9

Heureusement Brown est la !

C’est indéniable, la présence de votre chien Brown apporte un gros plus à l’aventure.

En plus d’être mignon et attachant ce dernier vous obéira au doigt et à l’œil. Pour trouver des objets, comme expliquer plus haut, ou bien encore pour vous guider, ne plus bouger… etc.

Au fur et à mesure de l’aventure, on se surprend à ressentir de l’amitié pour notre ami à quatre pattes. En fait, c’est certainement ce petit animal de compagnie qui empêche Jennifer de sombre dans la démence.

Ce n’est pas pour rien que le chien est le meilleur ami de l’homme.

9 10

Bonus: Polémique

11

RULE OF ROSE a donc été au cœur d’une controverse autour de la violence dans les jeux vidéo, provoquant des réactions parmi des hommes politiques européens quant à un contenu du jeu supposément ultra-violent.

Cette réaction a commencé à partir du 10 novembre 2006, où une critique du jeu est publiée dans le magazine PANORAMA intitulée « Pour gagner, enterrez vivant un enfant ». La critique dénonce un titre sadomasochiste, dont les personnages sont pervers, et où une petite fille est enterrée vivante.

Le jour même, le maire de Rome interdit le jeu en Italie. Le 16 novembre,  la Commission Européenne publie une lettre ouverte aux gouvernements européens pour les alerter sur les dangers des jeux vidéo violents, citant encore l’obscénité du titre et souhaitant qu’il soit interdit aux moins de 18 ans en Europe. Le jeu est évalué 16+ par le système PEGI. Au Royaume-Uni, le jeu sera finalement annulé.

Pourtant, toutes les personnes ayant fini le jeu n’y ont rencontré aucune scène de violence sexuelle.

En conclusion

Décidément ce RULES of ROSE est vraiment un jeu bizarre. En effet ce dernier est composé de certains défauts majeurs comme son GAMEPLAY, mais il a ce « petit quelque chose » qui donne envie d’y jouer et de continuer l’aventure.

3 SHAINIII sur 5 : Basé sur une réputation surfaite au niveau de l’obscénité, le titre de PUNCHLINE reprend toutes les bonnes idées du SURVIVAL HORROR et vous fera passer un très bon moment de « malaise ». A vous de voir s’il est un objet nécessaire pour vous, vu sa rareté et son prix actuel.

121212

Test réalisé sur la version PS2 par RYU

Merci à SAGAT de m’avoir permis de réaliser ce test

 

On se retrouve la semaine prochaine pour le test de « Resident Evil Origins Collection HD »