TEST: Ori and the Blind Forest – Definitive Edition

1

Date de Sortie : 11 Mars 2016

Disponible sur : XBOX ONE (19,99€ ou 4,99€ pour les détenteurs de l’édition originale disponible sur PC et XBOX ONE)

Un peu plus d’un an après la sortie originale d’ORI AND THE BLIND FOREST, le STUDIO MOON a décidé de sortir une édition définitive de son sublime jeu et cela non sans l’agrémenter de différents ajouts bienvenus.

Pour les retardataires

Pour les personnes n’ayant pas connu ce jeu à sa sortie, voici un bref rappel de ce qu’il en est. Vous contrôlez Ori, esprit issu de l’arbre du même nom, qui évolue dans la forêt de NIBEL. Celle-ci se meurt et notre mignonne créature devra, avec l’aide de Seyn, petite boule d’énergie, aider l’arbre aux esprits à se régénérer pour ressusciter la forêt.

2 3

Nibel est un lieu aux multiples DANGERS, cela se ressent à chaque instant de par la présence d’ennemis mais aussi de ronces, arbres à épines et autres végétaux qu’il est dangereux de toucher.

Heureusement notre ami dispose de toute une PALETTE DE MOUVEMENTS que l’on gagne au fur et à mesure de notre avancée dans l’aventure. Cette dernière lui permettra de surpasser ces dangers, de résoudre les énigmes, combattre les créatures mais aussi à avancer vite. Car oui le jeu est taillé pour le SPEEDRUN mais ça, nous y reviendront plus tard.

4 5

Un seul mot : précision

Autant le dire, malgré son aspect MIGNON ET ENCHANTEUR, Ori n’est pas un jeu facile. C’est un PLATE-FORMER exigeant tinté d’un aspect RPG (points d’expérience, récolte d’orbe de vie ou de mana) mais aussi d’un air de METROIDVANIA dans lequel certaines zones visibles ne seront visitables qu’après l’acquisition de compétences spécifiques.

6

Ori peut sprinter, s’agripper aux murs, double sauter, planer … jusque là, tout semble indiquer un PLATE-FORMER classique, puis vient le BASH.

Qu’est-ce que le BASH ? C’est la capacité qu’Ori a de pouvoir prendre appui sur un ennemi, une attaque ennemie, un rocher ou autre élément en mouvement pour se propulser dans le sens voulu. Cet effet est cumulable autant de fois que nécessaire pour autant qu’il y ait moyen de prendre appui mais nécessite un bon timing pour être utilisé au mieux. C’est cette simple chose d’apparence banale qui permet au joueur de commencer à comprendre qu’il n’est pas devant un jeu comme les autres.

8 9

Un monde enchanteur

Mais le jeu ne se résume pas qu’à ça. Malgré un GAMEPLAY à toutes épreuves, le reste du titre n’en est pas moins travaillé. En effet Moon Studio a mis le paquet tant dans la DIRECTION ARTISTIQUE, qui est totalement irréprochable, mais également dans la DIRECTION SONORE ET MUSICALE.

Pour cette dernière, le studio s’est octroyé les services de GARETH COKER et là, c’est du haut niveau. Le bonhomme a fait un travail absolument formidable. Chaque musique, chaque thème a été pensé avec un doigté peu commun. Le genre d’OST que l’on aime écouter sans forcément jouer au jeu. Cela devient suffisamment rare pour être souligné plusieurs fois. Une excellente musique dans des décors 2D splendides dans lesquels on évolue avec une fluidité déconcertante, une fois le GAMEPLAY maitrisé… Ne serait-ce pas là tous les ingrédients du JEU PARFAIT ?

L’OST du jeu :

10 11

Les ajouts de la version définitive

Le jeu de base était déjà excellentissime, mais en le ressortant le Studio Moon y a apporté quelques ajouts dont des nouvelles compétences. Comme le SPRINT au sol et aérien et la possibilité de lancer des boules d’énergie. Notons également désormais la possibilité de se TELEPORTER d’un point de sauvegarde à un autre mais aussi les nouveaux modes de difficulté, facile et difficile, ainsi que le mode vie unique. Ce dernier porte bien son nom et laissez-moi vous dire que pour y arriver il faudra se lever tôt (comme votre hôte).

A cela, une NOUVELLE ZONE à explorer fait également son apparition, zone toujours aussi agréable à l’œil et dont le LEVEL DESIGN pourrait faire rougir certains jeux de plates-formes 2D.

12 13

ARIBA RIBA !

Même si ça n’a rien d’obligatoire, car jeu difficile est synonyme de prendre son temps pour jauger les sauts, le but semi avoué des développeurs est de faire d’Ori un jeu pour SPEEDRUNNERS. Tous les ingrédients pour permettre aux joueurs de finir le titre le plus rapidement possible y sont présents. Evidemment chacun est libre de jouer comme il l’entend.

14 15

En conclusion

Si le jeu parfait n’existe pas, Moon Studio a réussi à s’en approcher, et cela à tous les niveaux.

Ori and the Blind Forest est ce genre de jeux dont on se SOUVIENDRA encore longtemps. Que dire de plus si ce n’est que l’on attend leur prochaine production avec une impatience non dissimulée.

5 SHAINIII sur 5 

1616161616

Test réalisé sur la version XBOX ONE par WhiterValkyrie