TEST : MONSTER ENERGY SUPERCROSS 2

Date de Sortie : 08/02/2019

Disponible sur : PC, PS4,XBOX ONE et Nintendo Switch 

Monster Energy Supercross, kézako ?


Ami(e)s du sport, de grosses
sensations et du jeu vidéo bonjour ! Aujourd’hui nous allons partir sur le test d’un jeu un peu atypique puisqu’il s’agit de MONSTER ENERGY SUPERCROSS 2. Un jeu développé et édité par Milestone très connu dans le domaine des jeux de courses en tout genre. Ils ont en effet développé pas mal d’autres titres comme les « Superbike », les « MXGP », « MotoGP » ou encore les « RIDE » pour ce qui concerne le domaine des 2 roues mais ils sont aussi derrière des épisodes « WRC », le « Sebastien Loeb Rally Evo » ou encore « Gravel » pour ce qui concerne les 4 roues.

Le jeu est sorti le 08/02/2019, soit presque un an jour pour jour après le premier épisode qui, lui, avait reçu des critiques plutôt mitigées. Il est disponible sur Playstation 4, Xbox One, PC ainsi que sur la Nintendo Switch et nous allons voir ce que vaut cette suite qui détient toujours la licence officielle Monster Energy c’est à dire celle du championnat supercross américain. Étant plutôt habitué aux jeux se déroulant sur 4 roues, je me faisais une vraie joie de le découvrir et voir ce que valait un Koyu sur 2 roues dans la gadoue.

Pour ceux qui se poseraient la question « quelle est la différence entre les catégories MX et SX », j’avoue avoir fait quelques recherches car je suis très curieux de nature.

En fait tout cela est très simple, le MX correspond à la catégorie Motocross qui se déroule uniquement dans des milieux naturels et aménagés pour la course. Tandis que le SX, lui, correspond au Supercross, souvent considéré comme plus spectaculaire et qui se déroule dans des environnements artificiels totalement aménagés pour faire le grand spectacle comme des stades fermés ou à ciel ouvert.

Du contenu, du contenu et encore du contenu


Déjà un bon point quand on lance le jeu, une fois arrivé dans les menus, les modes accessibles et possibilités ne manquent pas. Il y a vraiment de quoi faire avec un mode
solo qui comprend des courses libres et des contres la montre sur tous les tracés officiels, des championnats SX-250 East et West ainsi qu’un pour les SX-450. Un mode Compound qui vous donnera accès à un terrain de jeu naturel, bien fourni en bosses et tremplins, ceci afin de vous entraîner en toute liberté. Et enfin un mode carrière qui a été amélioré par rapport au premier opus et ce, en écoutant les retours des fans car il était assez fade, manquait de possibilités et donc cela impliquait peu le joueur. Celui-ci n’est toujours pas parfait, par exemple on ne peut pas encore rouler pour une équipe officielle du championnat américain avec son personnage et sa moto customisée mais il y a quelques progrès. On pourra toutefois choisir ses sponsors qui en plus de décorer votre monture si vous le désirez, vous donneront des bonus si vous remplissez des objectifs spécifiques.

Au rayon des nouveautés, on a la possibilité de gérer son emploi du temps de manière plus détaillée, semaine après semaine en tout cas pour les jours qui sont libres avec diverses activités disponibles. Il y a pour cela des opérations de pub vous rapportant des crédits qui vous permettront d’acheter des vêtements, accessoires et améliorer aussi votre moto. Des séances média avec des journalistes ou des fans. Des séances d’entraînement pour parfaire votre style (le mien étant unique évidemment hum hum) et finalement l’organisation de défis 1 vs 1 contre des rivaux afin de remporter de l’XP. Petite déception pour ma part au niveau des séances pub et média, elles se limitent à de petites cinématiques dans lesquelles on interagit pas du tout et qui sont toujours les mêmes.

Il y a bien évidemment un mode multijoueurs en ligne que je n’ai pas eu l’occasion de tester malheureusement mais qui d’après certaines sources ne serait pas folichon avec pour le moment l’absence de création de salon sur Xbox One et aucun mode en local alors qu’un écran splitté aurait été si sympathique pour s’éclater entre potes. A côté de tout ça vous avez accès à un éditeur de circuits disposant de pas mal de possibilités pour les plus créatifs et il contient même un tutoriel afin de vous apprendre les rudiments de la création de circuit. Celui-ci est certes perfectible mais c’est tellement sympa de pouvoir créer ses propres tracés pour s’éclater dessus et/ou encore les partager en ligne.

T’as le look Momo


Que serait un jeu de ce style sans mode de personnalisation ? En effet tout comme il y en avait un dans leur autre série «
 Ride », on retrouve ici un peu le même style de customisation. Donc, que ce soit pour votre pilote ou pour votre moto vous aurez le choix entre pas mal d’équipements. Pour les motos, notez que vous choisirez celle-ci parmi une liste de constructeurs réels comme Honda, Kawasaki, Yamaha, Ktm, … Ce que j’ai trouvé un peu dommage par contre c’est que le personnage créé par vos soins ainsi que sa moto ne seront pas accessibles dans les championnats officiels SX-250 et SX-450, vous devrez vous contenter d’un des pilotes réels présents dans le jeu et sa moto officielle.

En parlant de look, une chose qui m’a vraiment frappée c’est la qualité des graphismes sur cette version XBOX One testée et plus exactement en y jouant sur la One X. Le jeu est fin, détaillé, les effets de lumière qui réfléchissent sur le terrain humide et qui se déforment au passage des motos sont impressionnants, les projections de poussière ou de boue sont assez réalistes, la modélisation des motos est vraiment super bien faite, les stades et les tracés fourmillent d’animations jusque dans les tribunes, l’impression de vitesse est vraiment excellente et ce peu importe la vue que vous choisirez … Il n’y a pas à dire le jeu est vraiment beau, même très beau ,on sent que Milestone commence à se sentir à l’aise avec l’Unreal Engine.

En ce qui concerne les pilotes c’est pareil, en tout cas tant qu’ils gardent leur casque, car comme dans beaucoup de jeux de ce style, la modélisation des visages n’est pas folle avec des regards qui transpirent l’intelligence mais ça reste correct. Et puis, est-ce vraiment important puisque dans 90% des cas vous les verrez avec leurs tenues de course, casque compris.

Les animations sont également très bien faites avec un pilote qui va tendre la jambe dans les virages, qui va s’agripper au guidon pendant qu’il se fait désarçonner ou perdre pied si l’on se réceptionne comme une quiche après un saut. Là aussi, la physique du jeu a subi de bons changements, le tout paraît plus réaliste et moins rigide.

Un bon frein vaut mieux que deux sparadraps

Au niveau du gameplay, il faut se dire une bonne chose avant de démarrer le jeu : piloter un des engins du jeu n’a rien à voir avec le pilotage d’une moto de course sur route plane ou légèrement bosselée. Et si comme moi vous n’avez pratiquement jamais touché un jeu de motocross, vous chuterez souvent au début. Il vous faudra donc un temps d’adaptation pour apprendre les subtilités afin d’aller vite et sans chuter, d’autant plus que j’ai trouvé les commandes du jeu très sensibles à mon goût ou peut-être ai-je les pouces trop musclés. Cependant pour vous aider les développeurs ont prévu une belle liste d’aides au pilotage afin de rendre le jeu soit plus arcade et donc accessible, soit plus simulation toutes proportions gardées car je suis sûr que même sans celles-ci on atteint pas un réalisme sans faille.

D’un point de vue général j’ai trouvé la jouabilité plaisante en tout cas une fois le tout assimilé, que ce soit gérer le pilotage à deux sticks, avec un pour diriger la moto et l’autre pour basculer le poids du pilote ou encore la manipulation des 2 sticks qui utilisés au bon moment déclencheront une figure artistique. Pour vaincre, il vous faudra aussi apprendre à jauger l’accélérateur avant d’aborder une bosse et ce, pour trouver le bon rythme dans les différents sauts que vous allez effectuer et ainsi atterrir au meilleur endroit pour ré-accélérer rapidement. Un principe que j’ai adoré car cela changeait des jeux de courses traditionnels.

Pour ce qui est de l’ambiance sonore j’ai trouvé les bruits de moteurs cohérents et plutôt bien foutus, les bruits d’ambiance dans les stades font très bien le « taf » et les commentaires d’avant et après courses sont excellents. Toutefois, tout ce qui est parlé est en anglais avec un fort accent américain, quoi de plus normal puisque le jeu représente les championnats d’outre Atlantique. Cela dit les menus et les sous-titres sont en français donc rien de bloquant et pour les fans de V.O. comme moi c’est le pied. Les musiques du jeu sont à mes yeux ou plutôt à mes oreilles un vrai régal car c’est du rock bien gras bourré de guitares électriques saturées que j’apprécie énormément et en plus ça colle parfaitement avec l’ambiance du jeu.

Finalement, une bonne bourre au Koyu Bar Team

Je ne vais pas le cacher, j’ai apprécié le jeu MAIS pour cela il m’a fallu du temps. Le temps notamment de comprendre les rouages du gameplay et le principe des courses avec d’énormes sauts consécutifs. En effet, là où sur d’autres jeux j’apprenais les transferts de masses, la prise du point de corde et d’autres astuces, ici c’est totalement différent. Un peu comme dans un jeu de rythme, il faudra apprendre à bien placer et doser les accélérations pour repartir rapidement et entamer les suivantes et ça devient presque un ballet. Une fois le tout assimilé on ne cesse de s’améliorer et le plaisir grandit encore ce qui confère au titre une excellente marge de progression ! Évidemment il y a encore des défauts comme les collisions assez farfelues qui donnent un côté assez arcade au titre ou le mode carrière avec des interactions mais encore trop limitées pour atteindre des sommets. Cependant le gameplay est assez bien pensé car si vous mettez pas mal d’aides au pilotage ce jeu peut convenir à un grand nombre de joueurs qui prendront du plaisir à y jouer. Si par contre vous êtes plus pointilleux sur ce sport mécanique au niveau réalisme de pilotage vous devrez faire face à un choix difficile en examinant le MXGP Pro également sorti des mêmes studios ou simplement tenter l’expérience avec celui-ci qui pour moi reste un bon jeu on va dire plus typé arcade et avec les licences officielles du championnat américain. Bref un bon jeu, rafraîchissant pour les profanes et peut-être un peu court pour les pros de cette discipline et férus de simulation.

Les +

La partie graphique est vraiment superbe

Une fluidité à toute épreuve et une impression de vitesse assez grisante (testé sur la Xbox One X)

La mise en scène lors des courses avec les commentateurs officiels (en V.O. Sous-titrés) … (1)

La jouabilité qui est bien pensée … (2)

Les –

(1) ,,, mais toujours les mêmes scènes à chaque course, podium, séance pub et média

(2) … mais peut prendre du temps à maîtriser et rebuter certains joueurs

Test réalisé sur Xbox One X par KOYU GEEK