Shainiiigamer Retro Test – Moi, Moche et Méchant

0

Cet été 2017 nous a proposé dans les salles un nouveau film d’animation sur les aventures de Gru (Gad El’Maleh) et de ses minions. Après un succès mérité dans sa chasse contre El’Macho dans le deuxième numéro, et après des avis mitigés sur le film : Les Minions, il apparaissait clair que les attentes en salle étaient grandes. Pour ma part, malgré un film court, les phases de rire et sourire n’ont pas manquées.

Synopsis :

Alors que Gru, totalement déprimé par sa mise à pied, tente de trouver une nouvelle voie, un mystérieux individu se présente pour l’informer du décès de son père. Dans la foulée, il lui annonce l’existence d’un frère jumeau prénommé Dru qui a exprimé le désir d’une rencontre. Ébranlé par la nouvelle, Gru interroge sa mère qui avoue son secret : après avoir donné naissance à des jumeaux, elle a divorcé en faisant la promesse à son ex-mari de disparaître totalement de sa vie en échange d’un des enfants. Tout en précisant, en substance, qu’elle n’a pas eu son mot à dire et que Gru n’est somme toute qu’un second choix. Si Gru, tout d’abord enthousiasmé à l’idée d’avoir un frère, se rend avec Lucy et les filles dans son île natale, Freedonia, pour rencontrer son jumeau, il déchante vite quand il découvre que Dru est nettement supérieur à lui, et ce en tout point. Là où Gru est un misanthrope aussi dépourvu d’emploi que de cheveux, Dru arbore une masse capillaire impressionnante, un charisme naturel et une fortune colossale héritée de son père et de son élevage de cochons. Gru est rapidement miné par un sentiment d’infériorité, quand Dru lui révèle sa faille : leur père n’a jamais vu en lui l’étoffe d’un méchant, et de ce fait ne l’a pas formé dans cette direction qui est pourtant la marque de fabrique de la famille. Avec son aide, ils pourraient à eux deux perpétuer la tradition familiale.

Gru se sent alors investi d’un rôle de « grand frère» et lui livre les secrets de l’utilisation des gadgets ultra-sophistiqués de leur père avec l’intention d’en profiter pour mettre hors d’état de nuire l’insaisissable Balthazar Bratt. Mais cette alliance se voit sérieusement menacée par un cas aggravé de rivalité gémellaire qui va vite les dépasser et les handicaper face à un ennemi à l’envergure encore inégalée.

Source : www.allocine.fr

Mais pourquoi donc parler d’un film d’animation sur un site de gamers ??? Et bien je fus surpris de voir dans les rayons d’un magasin de deuxième main qu’il existait un jeu vidéo « Moi, Moche et Méchant », sorti sur console portable Nintendo DS et sur PSP. Je me suis donc décidé à les acheter afin de voir ce qu’ils valaient.

L’histoire :

Vous vous en douterez, la mission principale de Gru est de voler, … (petite pause pour le suspens) La LUNE. Pas de surprise donc, la course à la construction de la fusée sera la trame du jeu ainsi qu’une lutte poussée à coups de gadgets contre son ennemi Vector. La présence des minions sera continue tout au long de l’histoire.

Gameplay :

Nous sommes face à un jeu essentiellement de plate-forme comprenant quelques phases de réflexions, par exemple pour sortir d’une pièce. C’est principalement dans ces phases que les minions sont utiles et utilisés. Quelques levels proposeront de piloter les engins de Gru mais l’arrière-plan mal réalisé gâchera le plaisir que l’on aurait pu en retirer. Le tout semble très répétitif et manque d’intérêt pour aller jusqu’au bout.

Durée de vie :

11 niveaux mais globalement assez courts et vite terminés. Le fait de passer son temps à aller au bout aujourd’hui, est tout à fait absurde. La découverte des 2 ou 3 premiers levels suffiront pour faire connaissance avec ce titre.

Conclusion :

Bon, j’ai quand même apprécié la découverte, même si ma note ne s’en fait pas grandement ressentir, … Le plus grand plaisir a été d’entendre les vannes de Gru lors de mes échecs, … C’est vraiment une attache au personnage qui m’a fait continuer… Et le fait d’être allé en salle dernièrement, je l’avoue. Bon, on résume, on est face à un jeu de Plate-forme avec quelques phases de réflexions, on mitraille à coups de « Pistogels » mais globalement, on se répète à travers les niveaux. Coucou les minions, et puis, s’en vont, … A essayer pour dire que l’on a pris connaissance de son existence et ensuite, on retourne en salle obscur.

Par Jediced pour Shainiiigaming

Share.

Leave A Reply