Parlons Anime

#5 Little Witch Academia

Vous êtes vous déjà demandé ce que pourrait donner un mélange entre Destination Finale, Battle Royale, et un soupçon de Death Note ? Si tel était le cas, soyez heureux, car nous ne répondrons pas à la question dans cet article, mais nous allons plutôt aborder un genre qui jusqu’ici avait été évité : les Magicals Girls (Pas de combo culotte hélas, les vrais savent). Quant à pourquoi cette intro inutile, vous savez ce qu’on dit, Mai, fais ce qu’il te plaît. Pardon ? On est bientôt en Juillet ? Faut vraiment que j’arrête la vodka moi… Bref…

 

 

De quoi ça cause ?

Akko Kagari est une jeune fille débordante d’enthousiasme et d’optimisme qui réalise enfin son rêve d’intégrer l’Académie de Magie de Luna Nova qui, comme par hasard, est réservée aux jeunes filles. Ce rêve étant né lorsqu’elle était enfant en assistant à un spectacle (de magie, oui) de la célèbre Shiny Chariot, elle va tout faire pour suivre la voie de son idole afin de lui rendre hommage.

Oui mais voilà, malgré une motivation et une détermination inflexible, Akko est une tanche, ce qui déplaît fortement aux sorcières puristes et talentueuses, comme notamment la surdouée Diana Cavendish. Mais rassurez-vous, Magicals Girls oblige, elle saura compter sur le soutien de ses amies Lotte Yanson et Sucy Manbavaran, ainsi que sa professeur (e ?) Ursula Callistis, dont le nom ne doit jamais être suivi par « rule 34 » sur Google. Je vous aurai prévenu.

Après une bonne désinfection des yeux donc, l’histoire. Diffusée entre janvier et juin 2017, la série se compose de 25 épisodes de 24 minutes, eux-mêmes découlant de deux OAV que…je n’ai pas vu. Ouais. Bref, Notre héroïne enchaînera durant ce laps de temps des péripéties amusantes, dramatiques, loufoques etc… ce qui nous emmène au point suivant.

Pourquoi c’est bien ?

Préparez la guimauve et le chocolat chaud, parce que cet animé aime le sucre, au point qu’il pourra rendre certains diabétiques. Et non, ceci n’est pas un reproche. On peut faire dans la douceur en proposant de la qualité, preuve en est que malgré moi…j’ai été pris dans le truc. On est dans un univers très coloré, donc en cohérence avec le propos et le public visé. Une animation certes assez simpliste, mais pas choquante pour autant, avec même un léger coté chibi par moment.

L’intrigue reste relativement simple, voir prévisible, mais elle est bien amenée et ne se perd pas dans des arcs scénaristiques inutiles et/ou inachevés. Il y aura des rires, mais aussi certains moments mouchoirs (j’ai tendance à être émotif quand je manque de sommeil, j’avoue et j’assume). N’en déplaise aux machos et shonen addict, Little Witch Academiam mérite d’être regardé.

En conclusion

Oui, on entre ici dans le Magical Girl guimauve classique à souhait, mais il est parfois agréable de suivre une recette qui marche, parce que justement elle marche. Pour ses personnages et son histoire, Little Witch Academia vous fera passer un bon moment. Et je le répète, pas de rule 34 !

 

 

VHDProd. pour Shainiiigaming